Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 21:27

POURQUOI FAIRE RAMADAN ?

 « Le jeune n’est pas une privation, mais un  don, mieux partage »

C’est transformer quelque chose de physique en quelque chose de spirituel

Le jeune part d’un  principe simple et aussi vieux que le mode : le principe de tansmutation présent en alchimie ou dans tout phénomène à la surface de la terre. C’est une loi naturelle : « Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ». Comme je l’ai dit, c’est un principe de base de l’alchimie : « Pour obtenir quelque chose, il faut en sacrifier une de même valeur ou de valeur plus ou moins équivalente».

Dans le jeune on sacrifie quelque chose de physique pour obtenir quelque chose de spirituel. C’est pourquoi on ne jeune pas pour jeuner ! Il faut bien le comprendre. Aucun précepte n’est prescrit pour lui-meme, tout precepte est prescrit en vu de… En d’autre terme, on jeune pas pour jeuner, on jeune en vu de… Et généralement c’est pour être pour proche de nous, de Dieu et de nos frères ; la première raison est d’abord la reconciliation avec nous-meme car la fracture avec Dieu vient du fait qu’en nous-meme quelque chose a été coupé. Un ancien proverbe rappelle : « un etre divisé ne peut pas affronter l’existence ». De plus les anciennes légendes et mythes du japon et de la Chine rappelle l’histoire de ces hommes qui faisaient le pelerinage de plusieurs années pour parvenir à la montagne des dieux en vue de faire un vœux, mais avant d’entreprendre le voyage, ils fallaient qu’ils sachent exactement quel était l’objet de leur quete. Cependant, en cours de route, ils rencontraient des personnes dans le besoin qui chacun leur proposaient de présenter leur vœux aux dieux. Parvenu au sommet de la montagne, le pèlerin ne pouvant présenter qu’un qu’un vœu se trouvait dans l’embaras. Seuls reussisait l’épreuve ceux qui tout au long du voyage avaient trouvé l’unité avec eux-meme ». On retrouve le meme concept dans les légendes grecques ou ceux qui partaient consulter l’oracle n’avaient droit qu’à une seule demande, seulement beaucoup d’entre eux ne parvenait pas à s’en tenir à ce seul vœux. 

Si et si seulement on comprend le sens du jeune, alors à  ce moment il peut prendre plusieurs dimensions : un jeune de pénitence, un jeune de repentance, un jeune de méditation, un jeune de guérison  ou d’inspiration, pour trouver la réponse à une question ou pour faire un choix difficile, ou avant de commencer quelque chose de très difficile(un examen par exemple ou une bataille...)

Le jeune a trois intérêts majeurs :

-un intérêt physique vu qu’il permet au corps de se reposer et aux organes internes de recupérer du long cycle de travail.

-un intérêt mystique il permet la transmutation de quelque chose de physique en quelque chose de spirituel. Comment ?

C’est très simple, il faut d’abord partir du principe que  nous évoluons dans un monde de vibration. Si ce principe est acquis on peut comprendre qu’on ne perçoit que les choses qui évoluent et sont sur  à la même intensité vibratoire que nous. Cela  ne signifie donc  guère que  nous ne voyons pas ou ne percevons pas n’existe pas (la perception même animale nous montre qu’il existe des niveaux de réalités différentes). L’alcool ou certaines drogues par exemples outre les effets qu’on leur connait  modifient momentanéments l’intensité vibratoire d’une personne(un peu comme une radio qui cherche à capter la bonne fréquence et dont l’aiguille oscille.

 Ce qu’on appelle esprit, anges…ou autre vibrent à une intensité vibratoire différente (plus subtile). Les spiritualités boudhistes par exemple à travers la récitation du sacré OM( cela diffère souvent selon les courants « réligieux ») cherchent à capter la bonne fréquence du mantras qui va leur permettre d’atteindre l’illumination en dépassant les barrières du monde physique. Dans la tradition juive on a l’histoire très célèbre de la chute des murs de Jéricho, dans la tradition chrétienne on peut méditer sur l’importance accordé aux psaumes et à la louange, et meme dans la tradition arabo- musulmane on trouve des rites ou histoires similaires.  Quel rapport avec le jeune demandera t’on?

Il est pourtant évident, la pratique du jeune, surtout quand elle est soutenu permet de baisser l’intensité vibratoire de notre corps et ainsi de nous rendre plus sensible aux réalités spirituelles(le principe est très simple : toute élévation de l’esprit sacrifie la chair. Ce n’est pas un hasard si l’on retrouve l’exigence de chasteté ou d’abstinence dans la plupart des courants à vocation fortement spirituelle). C’est pourquoi les premiers jours de jeune semblent toujours être un calvaire. Parce que le transfert des perceptions du corps à l’esprit est quelque chose de difficile et donc qui doit etre graduel. L’encens par exemple a le meme effet dans la mesure ou il permet de baisser les vibration du corps, c’est pour cela qu’il est utilisé dans les cérémonies réligieuses de toute culture.

Enfin, l’autre point que l’on a souvent vite fait d’oublier est que le jeune a  aussi un intérêt social, car il nous rappelle que nous sommes tous membre de la meme condition humaine, et donc que nous devons nous montrer solidaire de l’humanité, des plus faibles et des laissé-pour- compte. Poser un acte de charité revient à dire à l’autre : «  Dieu, tu ne peux pas le  voir, mais je peux te laisser l’entrevoir ».

Il est par exemple intéressant de voir dans le cadre du ramadan comment une pratique réligieuse change complètement les habitudes de vie de tout un peuple pendant tout un mois. Ceci est aussi un signe d’espoir dans la mesure ou cela nous rappelle que la civilisation du matériel n’aura jamais totalement raison sur notre monde parce que malgé l’obscurité dans laquelle le monde est plongé, la lueur de la foi continu de briller à travers les générations.

Cependant, un constat assez désolant est le fait de voir que beaucoup de personnes passent à coté du vrai sens du jeune. Comment cela ?

L’on trouve des personnes qui pendant toute la période de «  privation » ont l’esprit focalisé sur la nourriture et la faim guettant à chaque moment l’heure de couper le jeune. Ces personnes oublient que leur esprit est sensé se poser sur Dieu pendant ce temps. Jésus rappelle : « L’homme ne vivra pas seulement de pain, mais aussi de toute parole qui sort de la bouche du Seigneur son Dieu »(Matthieu4,4). Le but du jeune est de consacrer cette période à s’ouvrir aux autres dimensions de notre personnalité et les nourrir des nourritures dont elles ont besoin, nous qui nous contentons tellement de vivre sur le plan physique. Les autres dimensions de notre personnalité ?

C'est-à-dire :

· Ma dimension intellectuelle avec la culture et le savoir

· Ma dimension emotionnelle en apprenant à rencontrer les autres, vivre des amitiés vrais et profonde, s’ouvrir à l’amour

· Ma dimension spirituelle : que je vais nourrir par la méditation de la parole de Dieu et la prière, l’adoration…

· Ma dimension familiale : par le contact et la reconciliation avec la famille en faisant plus attention aux miens, à ma femme, mon mari, mon frère, mes parents…

· Ma dimension sociale : en vivant mon travail en devenant une bénédiction de Dieu pour chaque personne que je vais recevoir au bureaux, en traitant plus vite les dossiers qui trainent, en étant plus souriant en prenant les gens dans mon taxi…

Perçu comme cela, le jeune devient une joie, un momement de partage et un moment d’intense communion avec le divin.

Outre les périodes de jeunes prévu par les grands courants réligieux, il est important de s’amménager personnellement tout au long de l’année, un jour par semaine ou deux jours par mois afin de garder personnellement le contact avec Dieu et aussi pour pouvoir se retrouver tant il est vrai que le rythme la vie actuelle nous enferme dans l’illusion du devoir et des impératifs : « impératifs de temps, de rentabilité, l’illusion de la récupération » ; et beaucoup on tendance à perdre leur temps en route. On fini par oublier que le temps passé en prière, et en jeune n’est jamais perdu, car ils ont pour effet de décupler nos capacités.

On est souvent scandalisé par le scandale des réligieux pédophiles ; On se demande : « Comment cela a-t-il pu arriver ? ». Mais si on y regarde de plus prêt on constatera que ces personnes avaient abandonnés depuis longtemps le jeune et la prière ».

Partager cet article

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RELIGION
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ARIEL Ondoua
  • Le blog de ARIEL Ondoua
  • : LIEU DE CREATION, de spontaneité et de liberté.
  • Contact

Recherche

Liens