Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 18:58

Une bonne relation, c'est une question d'amour et d’interaction entre deux ou plusieurs personnes.
Partager un amour est probablement l'expérience la plus significative et la plus difficile de la vie d’une personne. Aimer quelqu'un exige des efforts. Cela demande d’être capable de communiquer l'un avec l'autre. Personne ne peut lire la pensée d'une autre personne(en théorie). Nous présumons toujours que notre partenaire sait ce que nous pensons et sentons. Peut-être qu'avec le temps nous pouvons être capable de prédire (d’anticiper) ou de sentir les pensées de l'un et de l'autre, mais ce n'est jamais parfait et ça prend du temps à développer.

 

 



Avoir la chance d'aimer et d'être aimé de quelqu'un est une bénédiction. L’amour est sensé nous pousser  vers le haut, vers ce qu’il y’a de mieux pour le (Moi) et pour le (Nous), C'est aussi l'amour vrai qui permet à une personne de changer pour le mieux, et pour cela, on a pas besoin d’imposer à l’autre le changement, ou des contraintes du genre : « si tu m’aimes fait ça ( le cœur est assez sage pour pouvoir reconnaitre les défis de tous les instants )» ; ni de vouloir le façonner à notre image, à nos croyances, car ce sont les différences de tons qui font la beauté d’un tableau.

Même si le pouvoir de l'amour vrai est indéniable, une relation a aussi besoin d'engagement. De toute façon, qu'est-ce que l'amour sans l'engagement de l'un envers l'autre ? C'est comme les principes et les valeurs. Chacun en a bien sur ! Mais ils ne veulent absolument pas dire plus que ce que nous sommes prêt à faire pour les défendre. C'est la même chose pour nos engagements envers nos relations et envers la personne que nous aimons.



J’aime souvent à rappeler que dans une relation, il y’a trois entités importantes :-je

-tu

-et Nous

Une relation se perverti dès lors qu’elle se réduit à une seule de ces entités.

Chacune de ces entités doit se développer harmonieusement et peut etre meme indépendamment pour pouvoir se rejoindre après.
Le Nous, c’est une construction de ce que chacun de nous apporte, de nos reves, de nos projets commun. Le Nous, c’est un projet de construction qui peut durer une nuit, un jour, une semaine, un mois, un an ou une vie…

Mais j’ai des projets, des reves, des ambitions, des passions, fantasmes et des faiblesses qui sont personnels et qui n’ont rien  avoir avec l’autre ou le Nous, et j’ai à prendre conscience de mon individualité et à la développer.

Car, plus le Je et le Tu sont fortifiés, plus le Nous peut grandir de façon harmonieuse.

Malheureusement, on s’emmele trop souvent dans des relations fusionnelles ou le Je et le Tu sont dilués au détriment du Nous, et cela c’est dangereux, car ce n’est pas l’amour, mais plutôt du « cannibalisme affectif ». L’amour est sensé construire et fortifier chacune des entités.

Je ne me fatigue jamais d’écouter les peines d'amour (oh mon Dieu, que de pleurs et de sanglots) « Comment a-t-il pu me faire cela ? Jamais je n'aurais imaginé qu'elle puisse être comme ça ! ou qu’il puisse etre comme ça ! je ne me reviens pas de m’etre trompé autant sur sa personne ! »

Le fait d’entendre cela trop souvent m’ammène à rejaillir sur une autre variable d’une bonne relation : la distance.

L’autre problème de la relation c’est « la distance » ou mieux, savoir observer la bonne distance et comprendre surtout que l’art de garder la distance, c’est acquérir l’art de passer harmonieusement et subtilement du « Je » au « Tu » et du « Tu » au « Nous ». Pour les pratiquants d’arts martiaux c’est quelque chose de simple à comprendre vu qu’ils sont accoutumés à la notion de « ma’ai »(pour les arts martiaux japonais).

J ’aime souvent comparer une relation entre l’histoire d’amour qui se déroule depuis des millénaires entre la terre et le soleil et que nous oublions trop souvent. Les deux astres cheminent depuis des millions d’années dans l’univers ; Seulement, le soleil a su se trouver à la distance exacte pour permettre à la terre de vivre  et de rayonner. S’il s’approche juste un peu  la terre est calciné et ne peut plus porter la vie ; par contre s’il récule un peu la terre se refroidit et meurt. C’est son amour qui maintient la terre en vie !

De meme,tout le travail est de trouver à quelle distance on va observer l’autre pour pouvoir cheminer avec lui et savoir faire varier la distance. Cela suppose que parfois, il faut vivre la relation à travers le Je, parfois à travers le Tu, et parfois à travers le Nous.

 Ainsi, parfois dans une relation il arrive que l’autre ai besoin d’etre valorisé (préparation d’un examen, recherche d’un emploi,accouchement…) et à ce moment il faut valoriser le « TU ».

Respectez l'autre pour ce qu'il/elle est et non pas pour ce que vous voulez qu'il/elle soit. Personne n'est parfait bien sur ! C'est l'amour vrai qui ferme le fossé de l'imperfection pour former une douce surface d'acceptation de l'un et de l'autre. L'amour vrai voit et accepte une personne pour ce qu'elle est.

Par contre à d’autres moments (période de doute, épreuves personnels…) il faut valoriser le Je.

Enfin, d’autres moments exigent que ce soit le Nous ! Et le nous, a besoin d’espace pour grandir, sorties, activités en couple, complicité…Seulement, il ne faut pas oublier que ce Nous est totalement différent de ce que je suis Moi. Dès qu’on tombe dans ce piège, ça signifie que la catastrophe n’est pas loin. Car en entend après les fameuses phrases : « je vivais pour elle, je vivais pour lui… ».

Je pense que cela n’est rien d’autre que de la connerie hypocrite car dans la fausse noblesse de cette attitude il y’a surtout une volonté de refuser d’assumer son humanité en cédant à la tentation trop facile de laisser l’autre piloter notre vie.

C’est quoi l’intérêt d’une relation ?

Au final, si nous sommes clairvoyant, on se rendra compte qu’à travers les différents « NOUS » que nous avons essayé de construire au cours de notre existence, il y’avait « le subtil visage du moi ».

J’aime toujours reprendre une question célèbre de Paulo Coelho : «  quel est le point commun que toutes les personnes avec qui tu es sortie avaient ? »

Parfois on cherche longtemps à en trouver, mais ne nous fatiguons pas, il n’y en a pas, le seul point commun c’était MOI. Si on comprend ça, alors on commence à grandir grandement !!

Partager cet article

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans SOCIETE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ARIEL Ondoua
  • Le blog de ARIEL Ondoua
  • : LIEU DE CREATION, de spontaneité et de liberté.
  • Contact

Recherche

Liens