Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 16:29

DSC05593

STAGE DE WING TSUN KUNG FU A TUNIS:

 DSC05592-copie-1270574 2148085458821 1146855203 2496230 776990 n-copie-1

 

Ce stage a eu lieu le 17 et 18 Septembre 2011 à l’Ecole américaine de Tunis entre le 21 et a été dirigé par Maitre ARIEL ONDOUA BETTI expert en aikijutsu, en wushu traditionnel, ceinture noire en aikido et instructeur de tai chi chuan.

 

Le stage a été sponsorisé par Chekib Chakroun, expert et représentant de l’aikido shodokan en Tunisie et au magrebh.

Le stage qui s’est déroulé en deux sessions a débuté par des exercices de montage des différents mannequins de bois que les participants ont particulièrement appréciés. Ensuite, un petit footing autour de la salle, et des différents terrains avec des obstacles  accompagné de l’instructeur. Un moment convivial où les participants, ont pu se rapprocher.
Puis, en guise de mise en bouche, le travail des postures et des mouvements de base donnait à ce début de stage, une ambiance concentrée.DSC05438

Le 1er jour

 

L’instructeur a détaillé les postures de base et les mouvements des mains en expliquant le sens. DSC05530


Au cours de cette première journée, les forces (
au sens physique) en présences dans certains mouvements du wing chun (notamment le pivot sur les talons, les rotations de mains, le travail de la hanche et des différents points de déclenchement du jing) furent démontrées.DSC05437-copie-1

Le wing chun pour l’instructeur Ariel Betti est l’un des styles de wushu(kung fu) les plus rigoureux et scientifique. C’est aussi beaucoup de travail mental, et à l’instar du tai chi chuan : une affaire de sensation, de feeling, surtout pas de force au sens musculaire du terme.

Les participants ont d’ailleurs été impressionné de le voir renverser deux participants plus robuste avec une grande aisance ou projeter un autre à quelques mètres juste en posant le poing sur sa poitrine.

 L’instructeur faisait le tour des différents groupes  pendant qu’ils travaillaient pour tenter d’expliquer les  principes des techniques en utilisant à chaque fois des images empruntés au quotidien. DSC05474

 

Une fois les principes des déplacements compris et la compréhension de la ligne centrale et des angles d’entrés, l’instructeur a présenté des techniques de pieds, de poings et des enchainements et finalisation de wing chun. Beaucoup de travail de projection est aussi abordé.DSC05469

 Une fois que l’instructeur a montré l’exercice, le groupe recherche les sensations associées et les interprétations du mouvement, vont bon train. Pas trop de bavardage apparemment dans ce groupe qui semble vraiment être conscient de la raison de leur présence.

La journée se termine par un travail de base sur les mannequins de bois que les pratiquants découvriront avec joie.

 

Le 2ème jour : le jour le plus long !!!

Au cours de cette journée, un gros travail fut effectué tant au niveau physique que technique. Des répétions de centaines de coups de pieds et de poings qui firent transpirer les pratiquants à grosses gouttes. Beaucoup confessèrent par la suite qu’ils furent plusieurs fois tenté d’abandonner le stage tant ils étaient loin de s’imaginer un stage de cette intensité.

Au cours de cette journée l’instructeur exposa beaucoup plus en détail la philosophie du wing chun et le vrai sens de la self-défense et se preta aussi pendant quelques minute au jeu des questions-réponses.

Il explique que les arts martiaux nécessite un niveau de conditionnement physique de base qu’il ne faut surtout pas confondre avec les versions marketing présentés par Hollywood.

Dans la deuxième partie, il commence les exercice de blocage contre un attaquant qui répète des assauts venant de partout pendant un minute. Les pratiquants commencent à prendre conscience du niveau d’exigence d’une situation de combat réel. C’est alors que Ariel Betti explique au pratiquants qu’il est beaucoup plus difficile de s’abstenir de combattre que de bloquer ; de bloquer que de frapper ; de frapper que de blesser ; de blesser que de fracturer ; de fracturer que d’assommer ; d’assommer que de causer des traumatismes graves ; de causer des traumatismes graves que de tuer, et de ne tuer qu’en dernier recours.DSC05450

Après cette partie, l’on commence le travail à deux et l’initiation au combat. A ce niveau, Ariel Betti s’arrête pour apporter une précision d’importance au sujet de la différence entre : l’entrainement, la compétition, et le combat réel. Il présente les différences de réalité.DSC05539

Une fois la leçon donnée, les choses rentrent dans l’ordre et le stage peu reprendre son cours.

 

Malgré la difficulté des exercices, les participants ne cessent de sourire ! sous l’œil amusé de l’instructeur visiblement heureux de la diversité d’horizon des participants sur le plan martial et professionnel:un vrai bonheur ! En effet, o pouvait compter au nombre des participants des membres de l’équipe national de taekwondo, des pratiquants d’aikido, des professeurs de yoga, des anciens pratiquants de wing chun, et des néophytes.DSC05586

Le stage se termina à 13H30 avec le démontage des mannequins de bois et les photos de groupe.DSC05472 Ce fut l’occasion pour certains de se renseigner sur les lieux de pratique de wing chun en Tunisie, et de prendre de nouveaux engagement pour la saison sportives et martiales 2011-2012.DSC05436

Encore grand merci à Monsieur Chekib Chakroun et Monsieur David Santiago d’avoir rendu la chose possible.

 DSC09265DSC05541

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans SPORT
commenter cet article

commentaires

Evy 19/09/2011 22:45



merci pour ce partage belle pratique bonne et douce nuit bisous evy



Présentation

  • : Le blog de ARIEL Ondoua
  • Le blog de ARIEL Ondoua
  • : LIEU DE CREATION, de spontaneité et de liberté.
  • Contact

Recherche

Liens