Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 00:08
 L'Aïkido est une recherche perpétuelle du geste vrai. Aspirer et guider sans être ouvert ni avoir de garde permet de commencer avant le partenaire pour en quelque sorte anticiper son geste. Mais l'Aïkido est la discipline de toute une vie ! L'Aïkido repose sur un message complexe, long à décoder, qui aboutit sur une manière d'être. En Aïkido, il n'y a rien à prouver ni à démontrer; La finalité est de polir l'individu, de travailler sur soi-même.  D'après le fondateur, les techniques utilisées en Aïkido ne sont pas issues des autres arts martiaux ou inventés par lui mais elles viennent du Ki. Face à une attaque, le corps peut réagir de manière exacte pour la supprimer et projeter l'attaquant. Là encore, l'entraînement est essentiel. La pratique de ces techniques permet de développer l'appréhension du Ki et trouver un placement plus exact.  Pour celui qui attaque Il n'y a en principe pas de bon attaquant car quelle que soit l'attaque, celui qui fait la technique doit être capable de l'éviter par son mouvement.
Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans BUDO
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 16:06
" JE PUIS TOUT EN CELUI QUI ME FORTIFIE" (ST PAUL)
Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans MY WORLD
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 15:05

Présentation d’un entretient d’oral à un exam:

L’oral est souvent l’épreuve de force pour les candidats. Vous devez déjà vous y présenter sans avoir fait d’impasse sur le programme prédéterminé. Vous arriverez ainsi sans crainte de tomber sur un sujet que vous ne maîtrisez pas.

Quelques petits conseils concrets :
Avant d’entrer dans la salle, ayez à portée de main une petite bouteille d’eau pour vous hydrater ; respirez lentement : vous forcerez ainsi votre coeur à ralentir.
Cela va de soi que vous devez être présentable. Pas de minijupe et autres décolletés pour les candidates, chemise pour les hommes (munissez-vous d’une cravate au cas où cela serait nécessaire). Pas de chewing-gum, évidemment. Pour ceux qui portent des lunettes, assurez-vous que le correcteur puisse lire dans vos yeux. Les hommes seront rasés de près et les femmes éviteront de se maquiller à outrance.
N’oubliez pas que le correcteur vérifiera que vous avez une attitude convenable et que vous êtes prêt à représenter la collectivité.

Globalement, vous devez entrer dans la salle en étant irréprochable. Vous devez vous poser la question suivante : si j’étais membre de jury et que je cherchais un futur collaborateur, est-ce que je me choisirais ?


 

D’une durée variable de 10 à 20 minutes, l’oral a pour but d’apprécier vos réactions, vos émotions, votre sens de la communication, la qualité de votre réflexion, la pertinence de vos propos, votre façon de persuader, et surtout votre motivation. Vous devez vous poser une question essentielle : pourquoi le correcteur me choisirait plutôt qu’un autre ? Vous devez laisser une empreinte indélébile au jury. Etes-vous convaincu de votre prestation, avez-vous su convaincre le jury que son choix devait porter sur votre personne ?

Le poste que l’on vous propose est un poste de la fonction publique : d’une manière globale vous devez représenter la collectivité.

L’épreuve de l’entretien avec le jury peut parfois  se fait en deux temps :

 D’abord une présentation de votre parcours scolaire et professionnel : vous devez vous présenter et mettre en valeur ce que vous avez fait auparavant. Cette partie de l’épreuve est facile à préparer avec votre entourage. Vous devez vous « vendre », défendre votre parcours, justifier qu’il est sans faille, ou que vous avez su rebondir de vos erreurs etc.

 La seconde partie consiste à vous mettre en situation réelle avec des questions sur la pratique  selon les domaines: comment laver un enfant ? quel produit utiliser pour telle saleté ? ou comment vendre une voiture de luxe?dans quel ordre faire l’entretien d’une salle de classe selon telle activité de la journée ? etc. A travers cette mise en situation, quelques questions sur votre motivation risquent de vous être posées : pourquoi voulez-vous faire ce métier ? pourquoi maintenant ? que pensent les enfants de vous ? qu’allez-vous apporter aux enfants ? pourquoi je voudrais vous confier mon enfant ? etc.

Le jury va apprécier votre réactivité, votre présence d’esprit, votre réalisme face à telle ou telle question, votre humanisme aussi. N’oubliez pas de répondre aux questions relativement au concours que vous passez : un caractère strict peut être plutôt une qualité dans une circonstance et plutôt un défaut dans une autre, par exemple.

Regarder chaque membre du jury
Parce que le jury est composé de plusieurs membres, vous devez vous préoccuper de les regarder chacun, de ne pas en laisser un de côté (il pourrait vous en vouloir). Vous devez répondre aux questions en regardant celui ou celle qui les a posées. Si deux personnes vous posent une question en même temps, montrez que vous avez entendu les deux questions et que vous allez y répondre successivement.
N’oubliez pas non plus que, parfois, les membres du jury ont convenu d’une attitude ou d’une atmosphère parfois déstabilisante pour l’épreuve d’oral : l’un sera pointilleux, l’autre inactif et le troisième semblera ne pas s’intéresser à vous. Ne vous fiez donc pas à leur attitude – ça peut être un jeu de rôle.

Enfin, votre élocution doit être rythmée, vous ne pouvez pas vous permettre d’être ennuyeux. Vous devez maîtriser le sujet d’abord, l’expression française ensuite : vous allez entrer dans un domaine éducatif.

 

 

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans CULTURE
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 14:59

Voici une petite discussion illustrant le paradoxe entre force et maitrise de soi dans les budo.

 

"Dans ma stratégie un homme en vaut dix mille, aussi cette stratégie est-elle l'art complet du guerrier."

 

 

 

"Mon art est différent du tien. Il consiste non pas à vaincre les autres mais à ne pas être vaincu.

 

- Mais alors quelle est ton école ?

- C'est l'école du combat sans arme."

- Mais dans ce cas pourquoi portes-tu des sabres ?

- Cela me demande de rester maître de moi pour ne pas répondre aux provocations. C'est un sacré défi !"

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RIRES
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 14:56

 

 " nada te turbe,  
 nada te espante,  
 todo se pasa,  
 Dios no se muda 
 La paciencia todo lo alcanza 
 quien a Dios tiene 
 nada le falta 
 solo Dios basta." 
 "Que rien ne te trouble 
 Que rien ne t'effraie 
 Tout passe 
 Dieu ne change pas 
 La patience permet tout 
 Qui en Dieu a foi 
 Ne manquera de rien 
 Seul Dieu suffit" 

(Thérèse d’Avila )

 

 

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans POEME
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 13:44

 La non-violence pose la problématique suivante: puis-je être non-violent, si cette non violence implique ma destruction ou la destruction de mon entourage, mais puis-je pour autant répondre à la violence par une violence égale et ainsi m'engager dans une spirale sans fin de la vengeance ? En effet, dès lors que tu engages un  rapport de force, tu admets automatiquement quelque part que l’autre a pris le dessus sur toi.

 Comment s'engager sur la voie évoquée par Simone Weil : celle de la non-violence efficace. Comment puis-je tendre l'autre joue (Matthieu, 5) sans risquer ma propre destruction ?

L'Aïkido offre une réponse "intelligente" à la violence, l'Aïkido cherche à utiliser l'attaque du partenaire afin de la neutraliser et de montrer ainsi que toute violence est inutile.

Au-delà de l'Aïkido, c'est toute une vision humaniste de l'homme qui apparaît, une vision où l'Autre, quel qu'il soit, quelles que soient ses intentions, par sa présence même me donne, ainsi que Levinas l'annonce, existence. L'Aïkido permet d'accepter l'Autre dans sa plénitude, dans toute sa différence, dans toute sa singularité.

 

 

Il ne s'agit pas d'entrer en conflit avec un éventuel adversaire (terme récusé par l'Aïkido), mais au contraire de neutraliser l'attaque, en utilisant la force, la violence de l'attaquant. L'Aïkido, c'est une réponse intelligente à la violence, une résolution de la violence, non dans le conflit, dans l'opposition de la force contre la force, mais au contraire dans l'harmonie, car il apprend à canaliser la violence d'autrui et à la diriger pour la neutraliser.

 

Apprendre, comprendre, répéter s'améliorer. Apprendre l'autre, le comprendre, l'améliorer, répéter. " Il s'agit donc en pratiquant l'Aïkido d'entrer en harmonie avec d'autres hommes, d'une manière plus religieuse avec l'esprit de l'univers. Une victoire sur autrui est toujours illusoire: les seules véritables victoires sont sur soi ! Ainsi l'Aïkido révèle deux facettes dont l'une est indissociable de l'autre ; il est à la fois une école de maîtrise de soi, d'amélioration de soi, mais aussi un art martial particulièrement efficace et redoutable. Mais le principe de l'Aïkido est certes d'utiliser une technique de combat, mais qui permettrait de se développer, sur tous les plans :

 

" Lorsqu'on a acquis un degré de maîtrise dans un domaine déterminé, bien qu'ignorant des autres domaines, on doit avoir acquis le même degré de maîtrise spirituelle dans tous les domaines. "

 

 

            La maîtrise d'une technique permet de répondre à une certaine attaque, de pouvoir diriger la violence de l'autre et d'être dans la possibilité de "faire mal" à son tour pour choisir délibérément la "clémence". Traditionnellement les techniques s'enseignaient par étapes, les débutants reproduisant toujours une première technique avant de passer "à la suivante". Il y a apprentissage, initiation :

" Les constantes de la voie résultant de l'apprentissage par le geste pur sont : l'attitude juste au moment juste, le développement de la clairvoyance, du geste pur, de la spontanéité, de la maîtrise, du respect. "

Cette méthode n'est plus pratiquée aussi strictement, mais ce qui indéniablement demeure, c'est la nécessité d'une répétition inlassable d'une "prise". La forme petit à petit n'est plus simple mouvement, mais atteint à la signification réelle de l'Aïkido.

" Dans le cadre de la pratique, créer artificiellement des situations conflictuelles et tenter de les résoudre, voilà le véritable but de l'effort. "

Cet effort est surtout volonté d'épuration, de détachement de l'inutile :

" Le mouvement d'Aïkido doit être pur comme le mouvement universel dont il est, à son échelle, la représentation. "

            Cette appellation de Maître (traduction de Sensei, plutôt celui qui est avant dans la vie, celui qui est l'initiateur). Mais en fait ce titre n'est qu'une preuve de respect envers celui qui vous donne les moyens de faire votre propre chemin, par des techniques, par son exemple. Ce respect du professeur implique celui que l'on doit avoir pour soi-même donc, pour toute forme de vie. Il s'agit de briser le voile de l'illusion par l'Aïkido, illusion de la force, illusion du pouvoir sur les autres, illusion de la puissance :

" Ne vous raidissez pas, ne vous gonflez pas comme un paon car la raideur est la mort. "

Se raidir c'est ne plus être ouvert, ne plus évoluer, ne plus se remettre en question :

" Aborder toute chose avec un coeur neuf. "

la simplicité qui priment :

" Les hommes les plus raides et les plus grands sont des statues - célèbres peut-être mais mortes : gardez la vie et la souplesse, la postérité peut attendre, ne la singez pas. "

Enfin la véritable force est définie :

" Il n'y d'hommes forts que d'hommes justes. "

ou

" Chaque action doit être envisagée comme si c'était la première fois et la dernière. "

L'Aïkido c'est l'apprentissage de la vie :

" La souplesse et la fluidité sont la vie. "

L'Aïkido se comprend à plusieurs niveaux. Physiquement tout d'abord, l'Aïkido utilise souvent des mouvements circulaires. Sur un coup porté latéralement il faut utiliser cette force pour amener l'attaquant à comprendre que toute violence est inutile, saisir par exemple la main et l'amener en décrivant une spirale à terre: la violence est ainsi neutralisée et le conflit n'a pas lieu: c'est là une forme de l'harmonie. Et ce cercle ainsi créé éteint toute flambée de violence. A la spirale diabolique de la haine répond une spirale inverse qui ramène la violence à son degré zéro, à un état d'apaisement. L'Aïkido peut être étudié plus philosophiquement avec autant de fruits. Pour René Girard, la violence trouve sa cause dans la copie mimétique du désir d'autrui. Deux personnes dont les désirs convergent vers le même objet vont entrer en conflit pour sa possession, l'un copiant le désir de l'autre; chacun rend à l'autre un peu plus de violence et s'inscrit ainsi dans une infernale spirale, dans un va et vient crescendo de la vengeance. L'Aïkido c'est précisément et concrètement la déconstruction, la neutralisation de cette violence. Cette spirale suit un chemin inverse, à la montée de la fureur répond la descente vers la paix, la négation de toute volonté de destruction. A l'anéantissement voulu par l'agression répond la seule attitude possible à long terme: le pardon. L'Aïkido, c'est le pardon absolu mais vigilant.

" La pureté du geste et l'oubli de l'ego amènent à la pureté du coeur. "

 

" un seul geste, tout une vie ".

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans BUDO
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 12:21
Une jeune femme visite sa mère et
> lui parle de sa vie et comment elle a de la difficulté à
> passer à travers chaque journée. Elle ne sait pas comment
> elle va s'en sortir et elle envisage d'abandonner.
> Elle est tellement fatiguée de se battre continuellement.
> Elle a l'impression que lorsqu'un problème est
> résolu, un nouveau se présente.
>
> Sa mère
> l'amène à la cuisine. Elle remplit trois casseroles
> d'eau et les place sur les ronds du poêle à feu
> élevé. L'eau se met à bouillir rapidement. Dans la
> première casserole, la mère ajoute des carottes. Elle met
> des oeufs dans la deuxième casserole, et dans la
> troisième, elle met des grains de café moulu. Elle laisse
> reposer et bouillir, sans dire mot.
>
> Au bout de 20
> minutes, elle éteint le feu, égoutte les carottes et les
> place dans un bol.. Elle sort les œufs et les met dans
> un bol. Finalement, elle vide le café dans un bol. Se
> tournant vers sa fille, elle demande : 'Dis - moi ce que
> tu vois?'
>
> "Des
> carottes, des œufs et du café", répond la
> fille.
>
> Sa mère lui
> demande de se rapprocher des carottes.. La fille se rapproche
> et note que les carottes sont molles. La mère lui demande
> ensuite de prendre un œuf et de briser la coquille, ce
> que fait la fille. Cette dernière observe alors que
> l'œuf est dur.
>
> Finalement, la
> mère demande à sa fille de goûter au café. La fille
> sourit en goûtant à l'arôme riche du café. La fille
> lui demande ensuite : 'Qu'est - ce que ça signifie,
> maman?'
>
> Sa mère lui
> explique que chacun de ces objets a fait face à la même
> adversité : de l'eau bouillante. Chacun a réagi
> différemment. Les carottes sont arrivées fortes et dures.
> Cependant, après avoir été soumises à l'eau
> bouillante, elles se sont ramollies et sont devenues
> faibles. Les œufs étaient fragiles. Leur
> coquille mince protégeait leur liquide intérieur, mais
> après avoir passé du temps dans l'eau bouillante, ils
> sont devenus plus durs à l'intérieur. Les grains de
> café moulu étaient uniques, quant à eux. Après avoir
> été soumis à l'eau bouillante, ils ont changé
> l'eau.
>
> 'Lequel es
> - tu?, demande la mère à sa fille. 'Quand
> l'adversité frappe à ta porte, comment réagis - tu?
> Es - tu une carotte, un œuf ou un grain de
> café?' 
>
> Suis - je la
> carotte qui semble forte, mais qui devient molle et perd de
> sa force devant la douleur et
> l'adversité?
>
> Suis - je
> un œuf qui débute avec un cœur
> malléable mais qui change quand la situation se réchauffe?
> Ai - je un esprit fluide, mais après un décès, une
> rupture, une difficulté financière ou un autre défi, suis
> - je devenu plus dur et fermé? Est - ce que ma coquille se
> ressemble, mais du côté intérieur, suis - je amer et dur
> avec un esprit rigide et un cœur de pierre?
>
> Ou suis - je
> un grain de café? Le grain, en fait, change l'eau
> chaude, la circonstance qui amène la douleur. Lorsque
> l'eau devient chaude, il relâche sa fragrance et sa
> saveur. Si tu es comme le grain de café, quand les choses
> semblent être les pires, tu deviens meilleur et tu changes
> la situation autour de toi.
>
> Quand les
> temps semblent les plus sombres et que les difficultés sont
> les plus grandes, est - ce que tu t'élèves à un autre
> niveau? Comment gères - tu l'adversité?
>
>
> Puisses - tu
> avoir suffisamment de joie pour te rendre doux, suffisamment
> de défis pour te rendre fort, suffisamment de peines pour
> te garder humain, et suffisamment d'espoir pour te
> garder heureux.
>
> Les gens les
> plus heureux n'ont pas nécessairement le meilleur de
> tout; ils ne font que ressortir le meilleur de tout ce que
> la vie met sur leur route. L'avenir le plus clair sera
> toujours basé sur un passé oublié; tu ne peux pas aller
> de l'avant dans la vie à moins de laisser aller les
> blessures et tracas du passé.
>
> Quand tu es
> né, tu pleurais et les gens autour de toi
> souriaient.
>
> Vis ta vie
> pour qu'à la fin, tu sois celui qui sourit et sème la
> joie de la découverte de l'amour
Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans SAGESSE
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 09:23
salut

Veux-tu téléphoner?

 

1.Une conversation téléphonique avec Dieu n'est pas un

Monologue. Ne parle pas sans arrêt, mais écoute celui qui te parle à l’autre bout du fil.

 

2.Si la communication est interrompue, vérifie si ce n'est pas toi qui as coupé le contact.

 

3.Ne prends pas l'habitude d'appeler Dieu uniquement en cas d urgence.

 

4.Ne téléphone pas Dieu seulement aux heures du tarif réduit c'est à-dire en fin de semaine. Un court appel devrait être possible régulièrement.

 

5.Prends notes que les appels auprès de Dieu sont sans frais.

 

6.N'oublie pas de rappeler Dieu qui te laisse sans cesse des messages sur ton répondeur.

 

Voici les différents numéros d appel!

 

Quand vous êtes troublés, appelez  Jean 14.

 

Quand les hommes vous harcèlent, appelez Psaumes 27.

 

Si vous voulez porter du fruit, appelez Jean 15.

 

Quand vous avez péché, appelez Psaumes 51, Mathieu11.28-30,

                                    Luc 15, Jean 3.16.

 

Quand vous êtes inquiets, appelez Psaumes 46,Mathieu  6:19-34,

Philippiens 4.6-7 ; 2 Timothée 4.16-18.

 

Quand vous êtes en danger, appelez Psaumes 91.

 

Quand Dieu semble loin, appelez Psaumes 139.

 

Quand votre foi baisse, appelez Hébreux 11.

 

Quand vous vous sentez seuls et effrayés, appelez Psaumes 23.

 

Quand vous vous sentez batailleurs et critiqueurs, appelez 1Corinthiens 13,

 

cela vous calmera.

 

Pour savoir le secret de Paul concernant le bonheur,

Appelez Colosssiens 3.12-17.

 

Pour avoir une idée de ce qu'est l'état de chrétien,

appelez 1Corinthiens 5.15-19.

 

Quand vous vous sentez abattus et dépassés par les

Evénements, appelez Romains 8.31.

 

Quand vous avez besoin de paix et de repos, appelez Psaumes 37,

Mathieu 11.25-30, Jean 14, Romains 5.1-5.

 

Quand le monde vous semble plus grand que Dieu,

appelez Psaume 90, et cela

Vous vous montrera qui est le plus grand.

 

Quand vous voulez une assurance que la vie chrétienne est la seule vraiment Valable ici-bas, appelez Romains 8.1-30.

 

Quand vous partez en voyage ou au travail et que vous voulez être rassurés Sur votre sécurité durant votre absence de votre maison, appelez Psaumes 27; 121; Mathieu 10.16-20, Luc 15.11- 32.

 

Quand vos prières vous semblent devenir mesquines et Egoïstes, appelez Psaumes 67.

 

Quand vous sentez que vous vous croyez plus intelligents que Dieu pour créer des choses, appelez Esaie 55.

 

Quand vous voulez du courage pour accomplir une tâche, appelez Josué 1

 

Quand vous vous sentez seuls dans le monde ou dans l'Eglise, appelez Psaumes

23, Jean 14, Romains 12, 2 Timothée 4.16-18.

 

Quand vous pensez aux richesses, à la débauche et à la puissance, éloignez-vous-en vite, et appelez Marc 10, Luc 12.13-21.

 

Quand vos poches sont vides, appelez Psaumes 37.

 

Quand vous vous sentez abattus, appelez Psaumes 27.

 

Si vous perdez confiance et amour envers les gens, appelez 1Corinthiens 13.

 

Quand les gens sont peu aimables à votre égard, appelez Jean 15.

 

Si vous êtes découragés dans votre travail, appelez Psaumes 126.

 

Si vous pensez que le monde est médiocre et petit, et que vous vous croyez

assez grands pour dominer sur lui, appelez Psaumes 19, et il vous remettra à

votre juste place.

 

Quand vous êtes découragés, appelez Romains 8.28-29, 1Corinthiens 15.57-58,

1 Pierre 4.12-13, 1 Jean 3.1-3.

 

Quand vous vous sentez abandonnés par vos amis, appelez Psaumes 27, Mathieu

10.24-31, 2 Timothée 4.16-18.

 

Quand vous êtes en difficulté, appelez Psaumes 16, Jean14.1-4, Hébreux 7.25.

 

Quand vous êtes bas, tristes ou chagrinés, appelez Psaumes 6;27;40;55,

Mathieu 11.28-30, Jean 14.1- 4, Romains 8.31-39, Hébreux 12.6-13.

 

Quand vous êtes malades ou souffrants, appelez Psaumes 32;91  Romains 5.3-8,

2 Corinthiens 12.9-10.

 

Quand vous avez peur, appelez Psaumes 4, Marc 4.35-41,

Hébreux 13.5-8, 1Jean4.15-19.

 

Quand vous êtes tentés de retomber dans le péché,  appelez Psaumes 6;51;

Mathieu 26.33-35,69-75,  Jean 21.15-22.

 

Quand vous vous sentez reconnaissants, appelez Psaumes 84;92,100,103.

 

Quand vous vous sentez exposés à la tentation, appelez Psaumes 1;73,

Jc1.12, 2 Pierre 2.9.

 

Quand vous êtes dans l'adversité, appelez Mathieu 10.16-39.

 

Quand vous avez des problèmes avec l'amitié, appelez Jean 15.12,17.

 

Quand vous avez des problèmes avec la lecture de la Bible, appelez Jean5.39, Mathieu 24.35.

 

Quand vous êtes en colère, appelez Mathieu 5.22-24.

 

Quand vous avez besoin de compassion, appelez Luc10.30-37.

 

Quand vous êtes tentés par la médisance, appelez Mathieu 15.11,17,20.

 

Quand vous avez des problèmes avec les critiques, appelez Mathieu 7.1-5.

 

Quand vous avez des problèmes avec la cupidité, appelez Mathieu 6.20,

Lu12.15-21.

 

Quand vous avez des doutes, appelez Jean 20.24-29.

 

Quand vous avez des problèmes avec la droiture, appelez Mathieu 5.20,

Jean3.13-21.

 

Quand vous avez des problèmes avec vos ennemis, appelez Mathieu 5.10,43-48.

 

Quand vous avez des problèmes avec l'extravagance, appelez Luc12.16-31.

 

Quand vous avez des problèmes avec l'amour fraternel, appelez Jean 13.34-35.

 

Quand vous avez des problèmes avec la haine, appelez Mathieu 5.43-48.

 

Quand vous avez des problèmes avec l'honnêteté, appelez Luc 19.11-26.

 

Si vous avez des problèmes avec l'honneur dut aux parents, appelez Mathieu15.4, Marc 10.19.

 

Si vous êtes intempérants, appelez Luc 21.34-37.

 

Si vous avez des problèmes avec le mariage, appelez Marc 10.2-12.

 

Si vous avez des craintes au sujet de la mort, appelez Luc 16.19-31,

Jean11.25,26.

 

Si vous avez des problèmes avec le pardon, appelez Mathieu 18.21-35,

Marc11.25,26.

 

 

Quand vous avez des problèmes avec le péché et que vous voulez en être

Délivrés, appelez Jean 8.24,34-36.

 

Quand vous avez des problèmes avec la prière, appelez Luc 11.1-13.

 

Si vous avez des problèmes avec les serments, appelez Mathieu 5.33-37.

 

Si vous voulez savoir ce qu'est la sincérité, Appelez Mathieu 7.15-27.

 

Si vous avez des problèmes avec la tromperie, appelez Mathieu 23.27,28.

 

Si vous avez des problèmes avec la vanité, appelez Luc 18.9-14.

 

Si vous avez l'esprit de vengeance, appelez Mathieu 5.43-48.

 

Pour savoir ce qu'est la vérité, appelez Jean 14.6.

 

Les numéros d'urgence peuvent être signalés directement. L'assistance d'une

Téléphoniste n'est pas nécessaire. Toutes les lignes pour appeler au ciel

sont ouvertes 24 heures par jour. Ces numéros d'urgence sont là pour nourrir

Votre foi et pour détruire tous vos doutes. 

 


Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RELIGION
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 09:05
Jésus est « passé de l’autre côté » de la mer : il a accompli sa Pâque ; il a accosté sur l’autre rivage, le rivage de la vie définitive. C’est de là qu’il nous fait signe, qu’il nous appelle, comme il appelait ses apôtres quelques jours après sa résurrection : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » (Jn 21, 5). Notre-Seigneur ressuscité est comme le phare dans la nuit, qui nous conduit au bon port ; à condition bien sûr que nous fixions nos regards sur lui, que nous nous laissions attirer par lui, que sa Parole soit « la lumière de nos pas, la lampe de notre route » (Ps 118, 105).
L’Église est le peuple rassemblé par la Parole de Dieu, qui chemine, sous la conduite de cette Parole, jusqu’aux demeures éternelles où son Seigneur l’a précédé afin de lui préparer une place (cf. Jn 14, 2). Pourtant, alors qu’elle est encore en chemin, elle peut quotidiennement anticiper le terme du voyage : dans chaque Eucharistie, son Époux vient au-devant d’elle et anticipe la rencontre eschatologique. Le temps de la célébration, nous participons déjà aux noces éternelles sur l’autre rivage, où nous accosterons bientôt. Comme la foule de l’Évangile de ce jour, à chaque messe  nous gagnons la montagne - lieu de la révélation divine - et nous écoutons le Maître qui nous enseigne - la position assise est celle de l’enseignant - au cours de la liturgie de la Parole.
« Jésus leva le regard et vit qu’une foule nombreuse venait à lui » : du haut de la Croix, Jésus a vu venir à lui les générations de croyants, venant de tous les horizons pour s’abreuver aux sources vives du salut. C’est pour que cette foule innombrable « ne défaille pas en route » (Mc 8, 3) et puisse bénéficier de la grâce de la Rédemption en consommant le véritable Agneau pascal, que Notre-Seigneur a institué l’Eucharistie. Cette manne céleste qui nourrit pour la vie éternelle (cf. Jn 6, 51) n’est pas un pain terrestre que nous pourrions acheter avec le salaire de notre travail : ici bas, nous travaillons « pour la nourriture qui se perd », alors que « le Fils de l’Homme nous donne la nourriture qui se garde jusque dans la vie éternelle » (Jn 6, 27). Hélas, bien souvent  nous ne ressentons pas vraiment la faim d’un tel aliment ; aussi nous contentons-nous de nous rassasier de nos « cinq pains d’orge et de nos deux poissons », en oubliant que nous avons à sustenter une vie bien plus importante, qui a défaut de nourriture adéquate, risque fort de s’étioler et de mourir.
Lorsque Jésus exhorte les Juifs - et nous à travers eux - à « travailler pour la nourriture qui se garde jusque dans la vie éternelle », ceux-ci lui demandent : « “Que faut-il faire pour travailler aux œuvres de Dieu ?” Jésus leur répondit : “L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé” » (Jn 6, 27-29). C'est-à-dire que nous nous unissions à la personne du Christ par un amour sincère ; que nous adhérions à lui dans une confiance sans borne. Concrètement, que nous mettions en pratique le précepte de l’Apôtre : « Tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit au nom du Seigneur Jésus-Christ, offrant par lui votre action de grâce à Dieu le Père » (Col 3, 17). Bref, c'est faire de chacune de journée des offrandes agréables pour Dieu notre père. A la messe c'est un admirable échange qui se produit, nous lui offrons un peu de nos défauts humains pour qu'il nous comble en retour de ses vertu divines
 : c’est là pour nous l’adoration véritable » (Rm 12, 1). A ce propos, le pape Benoît XVI souligne dans sa récente Exhortation apostolique post-synodale sur l’Eucharistie que : « L'offrande de notre vie, la communion avec toute la communauté des croyants et la solidarité avec tout homme sont des aspects inséparables de la “logiké latreía”, du culte spirituel, saint et agréable à Dieu (cf. Rm 12, 1), dans lequel toute notre réalité humaine concrète est transformée pour la gloire de Dieu » (Sacramentum caritatis, 94).
Puissions nous entendre cet appel et « montrer par notre vie  la splendeur et la beauté de notre appartenance totale au Seigneur ».

PAIX ET JOIE !!!!!!
Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RELIGION
commenter cet article
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 23:54

O Conceito de Kendo é disciplinar o

caráter humano através da aplicação dos

princípios da Katana.

Objetivos da prática do Kendo

Modelar mente e corpo, desenvolver um

espírito vigoroso e através de adestramento

enérgico e aprorpiado, empenhar-se

ardorosamente no aperfeiçoar-se na arte

do Kendo.

Destacar-se no apreço da honra e cortesia

humana, associando-se aos demais com

sinceridade, e dedicando-se incansavelmente

ao aperfeiçoamento de si mesmo.

Desta forma estará um indivíduo apto a

reverenciar a própria pátria e seu povo,

concorrer para a consolidação da cultura

e promover a paz e a properidade no seio

das nações.

O Kendo, é uma prática de vida, que ocorre

para o auto-aperfeiçoamento mediante

treinamentos disciplares básicos que regem

a arte do manejo da espada.

Mediante rigoroso treinamento em Kendo

o praticante capacita seu corpo e o espírito,

desenvolve uma forte consciência, aprende

a tratar apropriadamente seus semelhantes,

a julgar a verdade, a cultivar a sinceridade,

a dedicar-se com ardor constante ao autoaperfeiçoamento,

a amar a comunidade eo

povo e a contribuir para a paz e a

prosperidade da humanidade.

Não se deve ter a competição como ponto

principal do treino. Ter como meta apenas

a vitória, prejudica as verdadeiras artes e

sentimentos humanos: não há evolução da

cultura espiritual-tradicional, produzindo

então um homem defeituoso.

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans BUDO
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ARIEL Ondoua
  • Le blog de ARIEL Ondoua
  • : LIEU DE CREATION, de spontaneité et de liberté.
  • Contact

Recherche

Liens