Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 13:25

PROGRAMME DU MOIS DE JUIN 2013

254891 2072866138385 1146855203 2422308 1082088 n

MEDITATION ET BIEN-ETRE

297027 2328652412882 1146855203 2713754 813967877 n

SAMEDI  01er juin : Jusqu’ou peux-tu …?  APPRENDRE à REVEILLER  SON DRAGON INTERIEUR.

Lieu : Centre Zen’ith de Carthage .

Heure : 15H00-17H00.

283852 2177889123894 1146855203 2534767 3133977 n

 

 

 

SAMEDI 22 Juin. Guérir son corps-son cœur et son mental à travers le tai chi chuan.  

Heure : de 14H-17H.

Lieu : Espace Zmorda.

270530 2149258248140 1146855203 2497527 7682026 n

--------------------------------

COACHING

 

Samedi 08 Juin : DE QUOI TE NOURRIS-TU ?

Réapprendre à entrer en contact avec ce qui se trouve dans nos plats.

Lieu : Espace zmorda.

Heure : 14H-16H.

 

 73294eb2-dd7f-11e0-8041-40b547e9e232

Dimanche 30 juin. L’EGO : Se libérer de ses carapaces. 2ème partie

Lieu : Espace Zmorda.

Temps : 10h00-12H00.

SEDUCTION Wallpaper yvt2

--------------------------

ARTS MARTIAUX

 

STAGE DE WING CHUN.

Dimanche : 02 juin 2013

Lieu : Club Elissa de sidibousaid .  Heure : 10h-12H.

 

images (1)

STAGE NINJUTSU: L'esprit du Ninjutsu.

SAMEDI 15-16  DIMANCHE Juin 2013(tennis Club carthage et club elispa sidibou).

Tennis club de Carthage (samedi 15 Juin) de 12H-15H.

Club Elispa de sidibousaid (Dimanche 16 Juin) de 10H-12H

 1152369-wiirikimaru

 

SELF-DEFENSE POUR FEMMES : L’efficacité change de camp.

Dimanche 30 JUIN (Club Elispa de sidibousaid) de 10H-12H

 

 270530 2149258368143 1146855203 2497530 272755 n

 

------------------------------------------------------------------------

Enseignement:

Dimanche 23 Juin : DEFAIRE L’EGO : Comment gagner la partie ?

LIEU : ESPACE ZMORDA

HEURE : 09H30-12H30

 

 gros diamant

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RENCONTRES
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 13:06

 

 11549 1220512965369 7475094 n

C’est dès le bas âge qu’il a été saisi de passion pour  cet art martial qu’est le wushu kung fu. Devenu en 2010  vice-champion du monde de Kung-fu Wu Shu en TAOLU lors d’une compétition en Chine, Mamadou Fall dit Doudou continue de promouvoir la beauté du wushu chinois dans son pays le Sénégal et son continent l’Afrique. Ce courageux guerrier africain réussi le tour de force de  ravir une médaille dans l’Empire du milieu, et ce malgré l’absence de support des autorités de son pays ; Une réalité que connaissent malheureusement d’autres hérauts des sports et arts martiaux africains.546791 537790206248987 873218259 n

Comme les parcours les plus brillants, celui de Mamadou Fall ne commence pas comme ça.

Né dans une famille de sportifs où le père Moussa Fall, militaire, pratiquait le Kung Fu et la défunte mère le handball, Maitre Doudou Fall avait déjà de qui tenir.

 

 Déjà, en Décembre 2009, il devient  champion d’Afrique de Wu Shu à Cotonou(Bénin).578545 4272785670279 673045653 n

Le parcours ne fut pas dénué d’embuches pour  ce jeune Maitre  3e Dan, doublé d’une casquette d’international de Gymnastique, de quoi lui assurer une certaine aisance pour les taolu de wushu moderne. Il  suivi ainsi  les traces de son père qui avait l’habitude d’accompagner aux entraînements. Ce qui lui permit d’acquérir de solides notions de base dans cette discipline. Le jeune Médinois ne perdra pas de temps pour montrer de bonnes aptitudes pour la discipline. Il va connaître une progression très rapide au point même de surprendre ses maîtres. 76114 1603503419891 3987042 n
Depuis 2010, avec ce titre de vice-champion du monde, Doudou Fall ne fait pas la grosse tête ; il reste humble tout en sachant que le WUSHU est un chemin de dépassement perpétuel.30146 1375004667565 7070398 n

Il participa aux compétitions qui se sont déroulées en Chine où il y avait 22 000 athlètes en provenance de 83 nations réparties en groupes. Avec un stage de préparation de quinze jours, il prit part aux trois grandes compétitions, notamment le premier festival international de Wu Shu Kanzo, les championnats du monde Wu Shu traditionnels et le Festival international de Shaolin Wu Shu.76114 1603503419891 3987042 n

 Un titre que Doudou Fall a acquis de haute lutte. D’abord, pour trouver le titre de transport, cela a été la croix et la bannière. Il a fallu attendre la toute dernière minute pour que le ministère des Sports lui offre un titre de voyage sans séjour ni restauration. Doudou arrive en Chine avec huit jours de retard. Ce qui ne lui donnait pas le droit de participer au stage. Mais les maîtres de la discipline vont déceler chez le garçon des qualités qu’il était très difficile de retrouver chez les autres combattants. 
Doudou Fall qui a tout gagné depuis ses débuts en 1995 rumine sa colère pour avoir été ignoré par les autorités. «J’ai gagné tous les trophées des championnats et compétition en jeu». Les nombreuses médailles qui trônent sur son cou en sont une parfaite illustration.
Doudou Fall se consacre maintenant à enseigner les rudiments du Kung Fu à ses élèves au Sénégal et à rehausser de sa présence l’éclat de nombreuses cérémonies martiales et sportives par la qualité de ses démonstrations.
538682 4246697698096 657875748 n402707 4272781750181 1382138286 n

Rencontrant comme tout sportif des moments de déceptions et d’ingratitude, Maitre Doudou continue cependant d’avancer considérant que le plus important à ses yeux est de continuer à travailler pour monter sur le podium olympique et c’est mon plus grand souhait et transmettre la flamme du wushu en Afrique , réalité que ne démentiront pas les nombreux amoureux de sa page facebook.389366 3759439196938 2113987012 n

 

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RENCONTRES
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 09:34

249503 2051545405380 1146855203 2395425 2159994 nARIEL ONDOUA BETTI, est en phase de devenir l'un des noms les plus influents du wushu dans le monde et  en Afrique. En tout cas, en Tunisie il  ne laisse plus grand monde indifférent.

C'est un homme multidimensionnel qui a voué une bonne partie de sa vie aux arts martiaux et à la quete intérieure. au Wushu, cet art martial chinois ancestral.

  • Expert en Arts martiaux (tai chi chuan, xingyiquan, wing chun chuan, aikido, aikijutsu., kung fu traditionnel..), consultant et conseiller de la Fédération Tunisienne de wushu kung fu, 
  • coach de basket-ball
  • Formateur en RELATIONS HUMAINES et accompagnateur. 
  • Traducteur et interprète.  

 

 

38313 1492149580834 1146855203 1387860 2072125 n268333 2148154900557 1146855203 2496326 6567943 n100 5523moi-015-copie-1.jpg229475 1952918299764 1146855203 2270890 2727947 n

 

On le retrouve des domaines aussi divers que variés et quand on l'interroge sur le pourquoi de cette diversité, il répond:"Pour moi il s'agit juste d'un service, je suis ici pour servir dans la mesure des dons que le ciel m'a accordé; Je ne me juge pas moi-meme, et je n'attend de jugement de personne. C'est juste un service".

Aujourd'hui il fait partie des "black" les plus influents et appréciés en Tunisie.

38313 1492149580834 1146855203 1387860 2072125 n

ARIEL ONDOUA:  Passionné d'arts martiaux  ? !

281462 2178322494728 1146855203 2535499 1312645 n

 Il répond immédiatement que non. "Je suis passé par divers centres d'intérets dans ma vie: une fascination pour les différentes cultures latines, asiatiques et africaines aussi la culture grecque; un intéret pour la philosophie, la theologie, la psychologie comportemenetale, l'anatomie humaine, l'art culinaire, la réligion...Les arts martiaux ne représentent qu'un de mes centres d'intéret, mais surtout un moyen d'expression. C'est ma facon de démystifier le monde qui m'entoure. J'ai toujours été marqué par la psychologie de l'amélioration continue.  J'ai beaucoup voyagé et j'ai eu la chance de rencontré énormement de personnes  qui m'ont  fait forte impression, et qui m'ont influencées positivement. Bref, j'ai toujours été intéressé  à savoir comment les choses fonctionnent " .

180304 1774134430279 1146855203 2008076 3064955 n



Plusieurs années de pratique des arts martiaux ont permis à Ariel BETTI d'acquérir un haut niveau technique.73249 1614428757737 4501907 n33770 1614443718111 1146855203 1676395 4431809 n De plus, avec son expérience dans l'enseignement martial dans différents coin de la planète, il a pu développer une pédagogie qui touche et affecte tous ceux qui le rencontrent pour la première fois. Certains sortent de ses ateliers de méditation en pleurant, d'autres en riant ou en souriant, d'autres encore avec un profond silence: mais personne n'en sort indifférent!  Tous avouent avoir faits l'expérience d'une rencontre.

"Il est non seulement une personne bienveillante, mais aussi un formateur sérieux"  témoigne une participante au sortir d'un de ses ateliers de méditation. 
Une autre affirme:" J'ai remarqué que ses années de pratique des arts martiaux se perçoivent  également du point de vue psychologique. Il semble connaitre les maux qui torturent chacun et ne se défait jamais de ce fameux sourire qui intrigue toujours plus d'un. J'ai souvent l'impression qu'il lit dans les personnes, c'est assez étrange!".

 

"Avec lui j'ai vraiment l'impression d'appartenir à une grande famille, je me sens toujours en confiance." confesse une fille arborant un foulard et couverte. 


L'un de ses Maitres de wushu habitant à Guanzhou en Chine XU XUSHI LAOSHI affirme: "Il adore les arts martiaux, et il est vraiement doué. S'il pratique le Wushu, ce n'est pas pour participer aux compétitions. Il a voulu acquérir une expérience toute particulière auprès de maîtres experts dans leurs domaines respectifs. Il  a étudié le xingyiquan et la taichi chuan avec moi pendant toute une année tous les jours. Il est extremement curieux et amoureux des disciplines traditionnelles chinoises. Je le considère comme un fils. Ma petite fille l'appelle affectueusement oncle et passe souvent des heures avec lui en ligne les week-end pour parler de sa vie et prendre des cours d'anglais. J'ai rarement vu qulqu'un avec un esprit aussi ouvert et une telle soif d'apprendre. On le voit rarement, meme chez des chinois. C'est quelqu'un qui sait vider son corps et le rendre disponible pour recevoir de nouveaux enseigenements. Par exemple, quand il a commencé avec moi j'ignorait qu'il cumulait déja un haut niveau dans d'autres disciplines."meditation zen do


"Sa passion pour le Wushu a débuté dès qu'il a rencontré son premier Maitre au collège. Il a tout de suite eu le coup de foudre. sa plus tendre enfance, a été bercé par les contes, mythes et l'étude et la pratique de la sagesse asiatique. Il faut avouer que je l'y ai fortement poussé.

Alors qu'il était encore très jeune, il avait une attitude assez introverti comme étant en retrait par rapport au monde extérieur. Sa rencontre avec son premier instructeur Maitre Sifu Njip Jean Claude Geese et son grand Maitre Sifu Wu XIANG KAI l'a profondement influencé. " Confie son père.


"Il n'avait que 18 ans à l'époque, ses parents n'étaient pas d'accord pour qu'il poursuive ses études martiales concommitemment à ses études. Sa mère en particulier pensait qu'il se dispersait trop et que cela l'empechait de mieux se consacrer à ses excuses. Son père, lui-meme pratiquant de jiu-jutsu et de judo l'encourageait subtilement dans cette voie. Sa mère pensait qu'il ne pouvait pas suivre les deux chemins à la fois.

 Ariel releva le défi avec obstination et cumula de bons résultats scolaires et un bon niveau martial. Mais ce n'était pas facile car le moindre échec à l'examen ou la moindre mauvaise note était rejetté sur son intéret pour les arts martiaux ou la spiritualité. Ses parents s'inquiétaient vraiment. Mais son désir d'apprendre les arts martiaux était tellement fort, il adorait cela. Donc il a tout fait pour convaincre ses parents de le laisser continuer via ses résultats scolaires et académiques. Il a du faire énormement de sacrifices, et faire preuve d'abnégation. Cela l,empechait de s'intéresser à ce que la majorité des jeunes de cet age ont comme centre d'intéret. Je me souviens qu'il passait tout son temps à lire, apprendre, pratiquer et réfléchir. Il ne pouvait pas s'arreter de faire ca, comme s'il accumulait de la sagesse pour quelque chose. Il disait qu'il savait que tot ou tard cela servirait au monde." partage un de ses meilleurs amis Enrique Amougou.2620 1110506479995 1146855203 338200 3018831 n


A force de travail et de dévotion, le rêve est devenu réalité. Il a rencontré l'élite mondiale dans de nombreux domaines qui lui ont toujours tenu à coeur et s'est fait un nom dans le domaine de Wushu. 

374019 3058424103790 1359021412 32708549 2028402226 n

12156 197271695518 130907295518 4476837 613919 n

384366 197283693692700 100002332137700 438648 1210259894 n

393226 287489884623778 158695270836574 763506 646615222 n

546711 359865017385734 197329436972627 993254 125793868 n



Ariel Betti: un pont culturel.

 


En quelques années, Ariel Betti  accompli un immense travail sur le plan du raprochement culturel. Il a déja organisé une centaine de workshops, stages, séminaires et conférences d'arts martiaux, tai chi, méditation et formations en entreprise... Cela contribue énormement à rapprocher davantage les différentes cultures et de voir  à quel point nous sommes similaires et combien nous avons besoin les uns des autres.2397379457 f8345ee812270574 2148085458821 1146855203 2496230 776990 n296704 2260900276475 1067468861 2648980 574202408 n316945 2260826514631 1067468861 2648812 393293333 nDSC00426DSC05411discussionDSC05473DSC05487DSC05592IMGA0170SAM 4475

 

"C'est vraiment cela qui m'a motivé."répond t-il, "je veux rappeler à chacun que nous formons une seule famille. Et je suis convaincu que comme dans l'histoire de la tour de Babel, ce sont les barrières de communications qui nous divisent."30112 1432182614499 1530924925 31145842 6947379 n-copie-1306156 2244507549313 1146855203 2623101 460362 n74879 1652953360828 1146855203 1753447 8275621 ndanse-africaine


En MARS 2012, Ariel Betti a organisé en Tunisie un grand stage de kung fu, tai chi et méditation avec l'ambassadeur du Temple de Shaolin SHI YIMAN ( SIFU DOMINIQUE SAATENANG). Stage organisé avec la Fédération Tunisienne de Wushu kung fu et qui a permis au public Tunisien de découvrir le kung fu de  SHAOLIN. Ariel Betti compte fonder en Tunisie  une association de Kung fu shaolin dans quelques mois.1.jpg


 
master1mabu.jpg

Il prévoit aussi d'inviter d'autres grandes figures des arts martiaux d'ici quelques mois à l'instar de NIKOLAS MARICIC(TAICHICHUAN ET WUSHU), ISSAM BARHOUMI, CHEKIB CHAKROUN, DIDIER RUIZ(MMA), Geese JEAN CLAUDE(KUNG FU TRADITIONNEL/ AIKIJUTSU)...2238847185 small 1maleekhow-wangxaolin-nikolas

Des rencontres que le peuple Tunisien attend avec impatience.

 

Propos recueillis par Jeremy Francisco Beattie et traduit de l'anglais.

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RENCONTRES
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 23:10

20070528094929 badge-logo-heroes
Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RENCONTRES
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 10:40

No matter what are their vicious parts, there are just people in this world who are unique. And please, don't  reply back  that ''we are all unique''. This is actually the huggiest bullshit of the universe, just have a look through your window right now and you will see an army of clone. People wearing the same clothes, walking in the same way; similar way of approaching girl, similar way of rejecting boys, different stories but same shit.

But some people are just unique, and when you meet some of them you know deeply in yourself that you are in front of a wonder that the universe took billion of years to prepare.100 57282791558262 2-copie-1miracle-for-earthTESTplaying46625 1613893787345 1236307428 1767380 105854 n44797 1440177568638 1359021412 31287891 171134 n (1)59936 1605975953413 1356570189 31661605 4832232 n

MARIMADELEINEfamille bruce leeetolovejackie le sympathiqueissam barhouni
Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RENCONTRES
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 10:00

on le prend souvent pour un gros guignol, mais on oublie souvent que c'est un monsieur qui est parti de rien pour accomplir  une oeuvre immense dans sa vie. Au-delà du personne comique et à la limite un peu débile que les média tente de présenter, il y'a un etre d'une remarquable force de détermination et d'une sagesse subtile à laquelle notre époque devrait s'efforcer de puiser.



 

« Si tu dors et que tu rêves que tu dors, il faut que tu te réveilles deux fois pour te lever » (Jean Claude Van-Damme)

Le discours méditatif ne dit pas le contraire !

 

« On greffe des foies, on greffe des reins, on greffe tout, sauf les couilles parce que l’on manque de donneurs » (Jean Claude Van-Damme)

Personne ne le contredira là-dessus ! il y’a tellement peu de vrais Hommes de nos jours ; des gens qui ont des « corones » !

 

« Si tu invites des gens qui ont tous le même groupe sanguin dans une fête et que tu ne le leur dit pas, ils vont parler d’autre chose » (Jean Claude Van-Damme)

C’est vrai, parce qu’on passe tout notre temps à porter un masque, à jouer un rôle et à prétendre être qui nous ne sommes pas.

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RENCONTRES
commenter cet article
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 20:35

"L'homme se crée ses propres limites, mais nous avons tous en nous la force de les dépasser pour atteindre nos objectifs. Il suffit de savoir trouver cette force et de la développer.

37284 136955716323411 100000269498603 300626 2417054 n
Aujourd'hui, voilà le message que je transmets à travers mes escalades en solo et lors de mes conférences internationales. »(alain robert)

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RENCONTRES
commenter cet article
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 12:30

 

Father Guy Gilbert (born 12 September 1935) is a French Roman Catholic priest and educator.

Born in Rochefort, Gilbert was educated at a seminary in Algeria and ministered in Algiersuntil 1970. He returned to France, to Paris, where he specialised in working with juvenile delinquents in the working-class XIXe arrondissement where there was a sizable pied noircommunity. He purchased a farm in southern France, in Alpes-de-Haute-Provence, and established the Bergerie du Faucon centre where troubled youngsters might be reeducated and reintegrated into society through work, contact with animals and nature, and self-respect.

A regular radio correspondent with Radio Notre-Dame, a frequent interviewee on television, a journalist with La Croix, and a prolific author, Guy Gilbert's appearance—his greying hair is long and flowing and he is usually seen in a battered leather jacket— and language are unorthodox. Former President Jacques Chirac made him a chevalier of the Légion d'Honneur. He received the award from Abbé Pierre.

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RENCONTRES
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 23:03

Bonjour Ariel Ondoua, on rompt la glace de suite et tu te présentes à nos internautes ?

moi ariel

Ariel Ondoua Betti, 26 ans Conseiller marketing, interprète et  traducteur indépendant, expert en arts martiaux et conseiller de la Fédération Tunisienne de wushu Kung fu depuis bientôt 4mois.

 

Je ne vais pas tourner autour du pot : comment devient-on maitre d’arts martiaux, et pourquoi ?

 

A vrai dire, chaque vocation a son histoire personnelle. Honnêtement, quand j’ai commencé les arts martiaux, c’était sans grande prétention, je n’aurai jamais pensé qu’un jour j’aurai pu parvenir jusqu’au niveau ou je suis aujourd’hui voire même jusqu’à l’enseignement. Je m’entrainais parce que je trouvais ça cool et amusant. En plus je suis entré dans les arts martiaux  presque par accident.

 

Que voulez-vous dire par accident ?

 

Il faut avouer qu’à l’époque j’étais assez candide et placide. A la suite d’un compétition provincial de philosophie à la suite de laquelle j’avais été lauréat, l’un des correcteurs (qui apparemment était graphologue) avait laissé le commentaire suivant sur ma copie : « Prière que la nonchalence qui ressort de  votre écriture ne soit point révélatrice de la torpeur qui caractérise tout votre etre ».

Pour ma mère, c’était de trop ! Il fallait qu’elle fasse quelque chose. Elle appela immédiatement mon père qui pourtant était en voyage afin qu’il rentre rapidement pour prendre une décision (comme quoi les parents ont toujours le dont de dramatiser). Il fut décidé dès  son retour que je commencerai les arts martiaux. N’ayant pas trouvé l’aikido, j’ai commencé par l’aikijutsu dans un club (temple) assez particulier et c’est comme cela que l’aventure a commencée.fly-copie-1.jpg

 

Etais-ce facile ?

 

Pour être honnête non, le maitre était assez exigent et n’étant pas exceptionnellement doué dès le départ, car n’ayant pas pratiqué d’arts martiaux auparavant, c’était assez difficile surtout quand je suis entré dans la section kung fu (dans le club, le kung fu était destiné à des gens ayant des prédispositions et une volonté de fer, c’était une sorte d’élite). Au début, je trouvais l’aikijutsu assez aisé et je progressais assez vite, mais les débuts au kung fu furent assez éprouvant je me souviens encore de la douleur que j’ai ressenti pendant ma première séance de kung fu qui avait pourtant duré 30mn!(j’ai eu mal dans tout mon corps pendant une semaine).

Donc, pour moi ça a été assez long pour vraiment entrer  dans le kung fu, ça ne s'est pas fait du jour au lendemain. En plus je garde toujours en tete une comparaison que mon Maitre faisait entre l’aikijutsu et le kung -fu. jcIl disait : « l’aikijutsu est facile à apprendre, mais difficile à maitriser ; par contre, le kung-fu est difficile à apprendre, mais facile à maitriser ».

 

Comment avez-vous commencé à enseigner les arts martiaux?

Un peu comme j’y suis entré, c'est-à-dire à tout hasard (rires). En fait quand je suis entré à l’université (qui était une université d’élite pour toute l’Afrique Centrale) j’occupais le statut de résident interne sur le campus or ladite université se trouvais très loin de mon club d’origine. Ne pouvant plus pratiquer avec mon maitre pendant la période des classes,  je m’entrainais personnellement très tôt les matins et très tard dans la nuit à l’insu des étudiants et des gardiens de l’université. Seulement un jour mes voisins de palier en entrant dans ma chambre tombèrent accidentellement sur mon diplôme de ceinture noire, ils me demandèrent alors de les entrainer. Ne voulant pas prendre le risque de devenir une sorte de curiosité sur le campus, je décidais de les entrainer dans notre salle de séjour en secret tout en leur faisant promettre de ne jamais en parler et de garder le secret sur mes compétences en arts martiaux. Malheureusement l’homme étant ce qu’il est, le secret fini par sortir très vite. En effet, lors d’un match de basket ou le public était surpris par l’efficacité de mes déplacements, et ou chacun commençais à s’interroger, l’un de mes élèves lança : « En fait c’est parce ce que c’est un maitre en arts martiaux ! ».

Tous mes projets académiques de départs ce sont écoulés sous ces mots. Et ma vie n’a plus jamais été pareil. La nouvelle c’est répandu comme une trainé de poudre sur le campus et tout le monde manifestait de l’intérêt pour la nouvelle curiosité du campus. Les gens sont venu me demander de les enseigner ouvertement et c’est comme ça que j’ai ouvert sur le campus un club qui devait être un détachement de  mon club de base. Et c’est comme cela que le rêve à commencer. Le premier cours fut le 08Novembre 2005.

 

Que représentait cette période universitaire pour vous ?

Oh, l’université a représenté énormément, c’est la période ou je me suis pour ainsi dit révélé à moi-même. J’ai exploré mon potentiel et découvert mes limites. Ce fut vraiment une période de bénédiction. C’est aussi la période ou j’ai le plus progressé dans les arts martiaux parce que je m’entrainais personnellement 2fois par jour et j’entrainais les autres aussi. Ce qui faisait en moyenne 3 à 4 fois par jour. J’avais une énergie débordante.  C’est aussi la période de ma vie ou j’ai découvert la norme. En effet, à force d’etre soit dans les sessions de formation, soit à l’école, soit au club ou à la maison. Je ne m’étais jamais réellement confronté aux autres. Surtout que je ne restais jamais écouter les commentaires arès les matchs ou mes prestations. Je ne pouvais donc pas savoir qu’une bonne partie des choses que je faisais sortais du commun comme : arrêter une balle à 3mètres au dessus du sol avec la boite du pied lors des matchs de foot, récupérer un ballon dans les airs quelque soit la direction de provenance, faire des roulades et des chutes sur du goudron sans avoir la moindre égratignure, ou faire plusieurs exercices physiques poussés sans transpirer…faut dire que j’avais une forme exceptionnelle à cette période ! Cela rendait aussi les premières séances difficiles car je ne comprenais pas l’incapacité des étudiants à suivre les exercices même les plus simples. J’ai été par la suite obligé de composer une version très light des entrainements de mon club d’origine, ça a été un succès.

Puis, on a vraiment commencé à être une famille, avec un esprit de groupe, l’université était vraiment comme un rêve, j'y ai fait mes premiers shows avec le club lors des soirées culturelles, ce qui fut un grand succès.xiaolong.jpgla-jet-set-kto.jpgImage001.jpg

 

 

Après pratiquement sept ans dans les arts martiaux, quel bilan fais-tu ?

 

Je dois avouer que je suis très fière de mon parcours en sept ans. Sept ans c’est très court, mais durant cette courte période, j’ai fait des bons de géants. J’ai beaucoup travaillé personnellement, j’ai rencontré plusieurs maitres de divers pays et reçut de leur enseignement.  J'ai eu des aventures incroyables. Je me suis aussi fait beaucoup d’amis, j’ai rencontré des gens formidables et d’une générosité incroyable ; pourtant,  j’ai aussi connu, la malice, l’hypocrisie de certains et la jalousie (mais cela ça fait partie du cœur de l’homme). Mais franchement, les arts martiaux c’est une école de vie qui m’a beaucoup apporté.

J'ai eu l'occasion d’être invité pour diriger des stages d’arts martiaux dans différents club dans différents pays. J'ai eu l'honneur d’organiser 02 grands galas retentissants d’arts martiaux au Cameroun en 2006 et 2007, j’ai reçu des distinctions honorifiques pour ma promotion des arts martiaux. Alors, même si c'est parfois dur, j'espère bien continuer sur cette voie encore un bon moment.

 

Tu tiens un blog sur overblog et un site web (Tu nous en avais déjà parlé dans une interview il y’a de cela quelques mois) Quel est l'intérêt pour toi de ces supports ?

 

Je garde toujours en tête un passage très important de la Bible qui dit : «Tout ce qui a été écrit a été écrit pour votre édification… » 

Mon blog c'est un peu comme un journal de bord, j'y partage mes expériences, les évènements qui me parlent, mes tournages, mes parutions presses et magazines, mes sorties DVD. J'y mets aussi beaucoup de photos aussi personnelles comme artistiques. Ce n’est pas de l’exhibitionnisme, d’ailleurs ceux qui me connaissent vraiment savent que je suis assez pudique, mais j’essaye de rester accessible parce que je sais que certaines personnes n’ont pas assez de courage pour faire le pas, alors je préfère briser la glace. Ça ne m’empêche pas d’être vrai dans les relations que j’entretiens avec tous et chacun. Le blog et le site sont de vrais supports médiatiques supplémentaires pour moi, on ne peut pas nier qu’ internet soit devenue indispensable de nos jours. Je suis un homme de mon temps, je communique avec les moyens des hommes de mon temps.

 

Quel genre de mail/commentaires reçois -tu ? Et ta réaction lorsque tu les découvres ?SAM 3777

Déjà je tiens à dire que je reçois beaucoup de mails et de commentaires,  les deux vont très souvent dans le même sens. Les mails sont plus des gens qui m’exposent leur problèmes, demande un coaching ou un parrainage. A tous ceux là, j’essaye d’etre le plus présent possible, surtout qu’il y’a des personnes qui sont des des situations de détresses réelles. Il y’a aussi les demandes professionnelles, ceux qui proposent des contrats de traduction ou qui sollicitent mes services comme interprète ou entraineur.  Je reçois aussi pas mal de demande de rencontre, soit de personnes qui viennent d’arriver en Tunisie et qui ont entendu parler de moi et qui voudraient que je facilite leur intégration(une forte majorité de chinois, de latinos et d’africains subsahériens), soit des personnes résidentes depuis longtemps et qui voudraient me rencontrer pour une raison ou une autre(intérêt culturel, affectif, curiosité…). Par contre, pour les commentaires c’est généralement des gens qui apprécient mes poèmes ou mes réflexions et qui tiennent à m’encourager, les commentaires sont toujours gentils et ça fait toujours plaisir. J’ai meme noué une certaine complicité avec certains de leurs auteurs, ce que j’appelerai la « douce complicité des ames ». J'ai en moyenne une soixantaine  de commentaires par mois, et parfois meme beaucoup plus vu que mon compte facebook est presque devenu un blog(rire). Là, ce sont des gens qui me suivent régulièrement, la plupart de mes posts suscitent  des commentaires  et je doit avouer que très souvent ils me touchent beaucoup. Je ne pensais pas que cela soit possible que des gens te suivent au quotidien, cela fait vraiment plaisir.

 

En dehors de l'aspect virtuel, comment sont les rapports entre ARIEL ONDOUA et les autres prtatiquants d’arts martiaux ?

Le plus souvent très bon, on est une vrai famille, on est vraiment content lorsqu'on se retrouve. Il y a beaucoup de respect entre nous et on déconne surtout pas mal ... Franchement je vois moins de méchanceté dans ce milieu que dans bien d'autres ...

 

Aimes -tu l’action  "comme dans les films d’arts martiaux", ou ce n’est  là qu’une parodie du  vrai visage des arts martiaux comme on t’endend souvent le dire ?

Un peu des deux ce qui me fait souvent sourire c’est la façon dont les deux monde s’influencent. En effet, de nos jours les salles se remplissent selon les derniers films à la mode(ong bak, true legend, ip man, flash point…) et on cours un risque grave, c’est d’entrainer des élèves piétons. Aujourd’hui il veux étudier les wing tsun, demain, l’homme ivre, après demain la mante réligieuse ou le ninjutsu. Je rigole toujours quand je vois un gamin l’air très convaincu qui me demande : «  tu connais le ninjutsu ? Je veux apprendre ça ! »; ou un autre qui la semaine dernière me dit : « eh Ariel, j’ai vu sur des photos que tu t’y connaissais en zuiquan(la boxe de l’homme ivre) je voudrais que tu m’apprennes ça. Pourtant le mec a encore des difficultés avec les bases du kung -fu. Donc quelque part, le cinéma trompe beaucoup de nos comptemporains.

D’un autre coté, il y’a aussi l’emergence de « vrais pratiquants d’arts martiaux »comme Donnie yeen, li lianjie(Jet LI), shenlong(Jachie Chan), Tony jaa, Sammo HUNG…qui essayent de véhiculer tant bien que mal les vrais valeurs des arts martiaux à un public souvent trop distrait par l’action. Honnetement, quand je vais dans une discothèque, j’évite de prendre des films d’actions, j’aime beaucoup les comédies black ou autres ou des films qui donnent à réfléchir(Unthinkable, butterfly effect, revolver, animatrix… ) c'est que les scènes des films d’actions sont un peu les même :pich, pich, pan, pan(il simile les gestes). Dans la vie, les choses  ne suivent pas forcement ce chemin là. Après tout, le cinéma c’est du cinéma, faut pas l’oublier!  

 

Maintenant concernant ta vie personnelle. Je suis impressionné de savoir que tu parles couramment 08 langues. Lorsque tu dois rencontrer une fille par  exemple,  est-il facile pour elle d'oublier qu’elle a un homme qui a plusieurs casquettes devant elle   et de ne pas lui sauter dessus en restant natuerelle ?

Haha(il éclate de rire) on me pose celle-là tout le temps. Je vais etre simple, généralement elles n’en   savent rien, meme dans le cadre de mes rencontres dans d’autres contextes. Je rencontre quelqu’un soit comme Ariel, soit comme coach de basket, soit comme pratiquant d’arts martiaux, soit comme un traducteur, soit simplement comme un mec sympa…Il est bien vrai que le moment le plus genant c’est quand le téléphone sonne et qu’on m’entend parler en chinois ou en portuguais…à ce moment la conversation prend une autre tournure que j’aime pas trop parce que les questions affluent, la curiosité s’accroit et la surprise …

Mais en règle générale, je suis assez discret par rapport à  ma vie. Les personnes sont le plus souvent au courant d’un aspect de ma personnalité. Rarement de tout. Par exemple je suis sortie avec une fille pendant deux ans sans qu’elle sache exactement combien de langues je parlais, une autre ignorait meme que je pratiquais les arts martiaux. Quand j’étais à l’université mes parents ignoraient que je donnais des cours de réligion. Mon premier maitre chinois avec qui j’étais très régulier ignorait que je pratiquais d’autres arts martiaux japonais les autres jours. En fait, j’ai appris à compartimenter les choses, cela n’a rien à voir avec de la schizophrénie ou de l’hypocrisie, il y’a une unité derrière tout ça, mais généralement si l’on présente tout cela à quelqu’un, il commence à avoir peur et ça fausse la relation.

 

 

Regardais -tu les films ou les séries d’actions dans ton enfance ?

Oui, beaucoup, mais j’ai beaucoup plus été marqué par  les films de ninja ou de moines de shaolin. Ou des séries cultes comme « RAVEN » ou « Kunf-fu » de David Caradine.

 

 

Enfin, un mec tel que toi avec tes expériences et ta culture  peut-il être séduit, par n’importe quelle femme ?

 

HAHA ! « Par n’importe qu’elle femme ? »Heureusement que si ! Souvent les filles se font de montagnes d’illusions et de préjugés sur ce qu’il faut faire pour plaire ou séduire. Pour me séduire, c’est très simple, il faut simplement rester soi-meme. Ce qui me plait le plus chez une fille c’est l’authenticité.

SAM 3684

 

TU as aussi connu beaucoup de difficultés et des moments difficiles, mais tu n’abandonnes jamais, d’où te viens cette force ?

la foi mon frère, la foi! à la fin il n'ya que ça de vrai; il n'ya que ça qui reste. Je crois en Dieu, je  crois en l'Homme, je crois qu'on est fait pour l'amour. Je ne suis pas naif,  je sais qu'on est faible, mais je crois aussi qu'on peut devenir meilleur.

 

Merci  pour cette interview.

Propos receuillis par M. Jeremy  Francisco Beattie.

 

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RENCONTRES
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 13:43

Bonjour Ariel Ondoua, on rompt la glace de suite et tu te présentes à nos internautes ?

Ariel Ondoua Betti, 26 ans Conseiller marketing, interprète et  traducteur indépendant , expert en arts martiaux et conseiller de la Fédération Tunisienne de wushu Kung fu depuis bientôt 4mois.

 

Je ne vais pas tourner autour du pot : comment devient-on maitre d’arts martiaux, et pourquoi ?

 

A vrai dire, chaque vocation a son histoire personnelle. Honnetement, quand j’ai commencé les arts martiaux, c’était sans grande prétention, je n’aurai jamais pensé qu’un jour j’aurai pu parvenir jusqu’au niveau ou je suis aujourd’hui voire meme jusqu’à l’enseignement. Je m’entrainais parce que je trouvais ça cool et amusant. En plus je suis entré dans les arts martiaux  presque par accident.

 

Que voulez-vous dire par accident ?

 

Il faut avouer qu’à l’époque j’étais assez candide et placide. A la suite d’un compétition provincial de philosophie à la suite de laquelle j’avais été lauréat, l’un des correcteurs (qui apparemment était graphologue) avait laissé le commentaire suivant sur ma copie : « Prière que la nonchalence qui ressort de  votre écriture ne soit point révélatrice de la torpeur qui caractérise tout votre etre ».

Pour ma mère, c’était de trop ! Il fallait qu’elle fasse quelque chose. Elle appela immédiatement mon père qui pourtant était en voyage afin qu’il rentre rapidement pour prendre une décision(comme quoi les parents ont toujours le dont de dramatiser). Il fut décidé dès  son retour que je commencerai les arts martiaux. N’ayant pas trouvé l’aikido, j’ai commencé par l’aikijutsu dans un club(temple) assez particulier et c’est comme cela que l’aventure a commencée.

 

Etais-ce facile ?

 

Pour etre honnete non, le maitre était assez exigent et n’étant pas exceptionnellement doué dès le départ, car n’ayant pas pratiqué d’arts martiaux auparavant, c’était assez difficile surtout quand je suis entré dans la section kung fu(dans le club, le kung fu était destiné à des gens ayant des prédispositons et une volonté de fer, c’était une sorte d’élite). Au début, je trouvais l’aikijutsu assez aisé et je progressais assez vite, mais les débuts au kung fu furent assez éprouvant je me souviens encore de la douleur que j’ai ressenti pendant ma première séance de kung fu qui avait pourtant duré 30mn!(j’ai eu mal dans tout mon corps pendant une semaine).

Donc, pour moi ça a été assez long pour vraiment entrer  dans le kung fu, ça ne s'est pas fait du jour au lendemain. En plus je garde toujours en tete une comparaison que mon Maitre faisait entre l’aikijutsu et le kung fu. Il disait : « l’aikijutsu est facile à apprendre, mais difficile à maitriser ; par contre, le kung-fu est difficile à apprendre, mais facile à maitriser ».

 

Comment avez-vous commencé à enseigner les arts martiaux?

Un peu comme j’y suis entré, c'est-à-dire à tout hasard(rires). En fait quand je suis entré à l’université(qui était une université d’élite ppour toute l’Afrique Centrale) j’occupais le statut de résident interne sur le campus or ladite université se trouvais très loin de mon club d’origine. Ne pouvant plus pratiquer avec mon maitre pendant la période des classes,  je m’entrainais personnellement très tot les matins et très trad dans la nuit à l’insu des étudiants et des gardiens de l’université. Seulement un jour mes voisins de palier en entrant dans ma chambre tombèrent accidentèment sur mon diplôme de ceinture noire, ils me demandèrent alors de les entrainer. Ne voulant pas prendre le risuqe de devenir une sorte de curiosité sur le campus, je décidais de les entrainer dans notre salle de séjour en secret tout en leur faisant promettre de ne jamais en parler et de garder le secret sur mes compétences en arts martiaux.  Malheureusement l’homme étant ce qu’il est, le secret fini par sortir très vite. En effet, lors d’un match de basket ou le public était surpris par l’efficacité de mes déplacements, et ou chacun commençais à s’interroger, l’un de mes élèves lança : « En fait c’est parce ce que c’est un maitre en arts martiaux ! ».

Tous mes projets académiques de départs ce sont écoulés sous ces mots. Et ma vie n’a plus jamais été pareil. La nouvelle c’est répandu comme une trainé de poudre sur le campus et tout le monde manifestait de l’intérêt pour la nouvelle curiosité du campus. Les gens sont venu me demander de les enseigner ouvertement et c’est comme ça que j’ai ouvert sur le campus un club qui devait etre un détachement de  mon club de base. Et c’est comme cela que le reve à commencer. Le premier cours fut le 08Novembre 2005.

 

Que représentait cette période universitaire pour vous ?

Oh, l’université a représenté énorment, c’est la période ou je me suis pour ainsi dit révélé à moi-meme. J’ai exploré mon potentiel et découvert mes limites. Ce fut vraiment une période de bénédiction. C’est aussi la période ou j’ai le plus progressé dans les arts martiaux parce que je m’entrainais personnellement 2fois par jour et j’entrainais les autres aussi. Ce qui faisait en moyenne 3 à 4 fois par jour. J’avais une énergie débordante.  C’est aussi la période de ma vie ou j’ai découvert la norme. En effet, à force d’etre soit dans les sessions de formation, soit à l’école, soit au club ou à la maison. Je ne m’étais jamais réellement confronté aux autres. Surtout que je ne restais jamais écouter les commentaires arès les matchs ou mes prestations. Je ne pouvais donc pas savoir qu’une bonne partie des choses que je faisais sortais du commun comme : arreter une balle à 3mètres au dessus du sol avec la boite du pied lors des matchs de foot, récupérer un ballon dans les airs quelque soit la direction de provenance, faire des roulades et des chutes sur du goudron sans avoir la moindre égratinure, ou faire plusieurs exercices physiques poussés sans transpirer…faut dire que j’avais une forme exceptionnelle à cette période ! cela rendait aussi les premières séances difficiles car je ne comprenais pas l’incapacité des étudiants à suivre les exercices meme les plus simples. J’ai été par la suite obligé de composer une version très light des entrainements de mon club d’origine, ça a été un succès.

Puis, on vraiment commencé à etre une famille, avec un esprit de groupe, l’université était vraiment comme un reve,  j'y ai fait mes premiers shows avec le club lors des soirées culturelles, ce qui fut un grand succès.

 

 

Après pratiquement sept ans dans les arts martiaux, quel bilan fais-tu ?

 

Je dois avouer que je suis très fière de mon parcours en sept ans. Sept ans c’est très court, mais durant cette courte période, j’ai fait des bons de géants. J’ai beaucoup  travaillé personnellement, j’ai rencontré plusieurs maitres de divers pays et reçut de leur enseignement.  J'ai eu des aventures incroyables. Je me suis aussi fait beaucoup d’amis, j’ai rencontré des gens formidables et d’une générosité incroyable ; pourtant,  j’ai aussi connu, la malice, l’hypocrisie de certains et la jalousie(mais cela ça fait partie du cœur de l’homme). Mais franchement, les arts martiaux c’est une école de vie qui m’a beaucoup apporté.

J'ai eu l'occasion d’etre invité pour diriger des stages d’arts martiaux dans différents club dans différents pays. J'ai eu l'honneur d’organiser 02 grands galas retentissants d’arts martiaux au Cameroun en 2006 et 2007, j’ai reçu des distinction honorifiques pour ma promotion des arts martiaux. Alors, même si c'est parfois dur, j'espère bien continuer sur cette voie encore un bon moment.

 

Tu tiens un blog sur overblog et un site web (Tu nous en avais déjà parlé dans une interview il y’a de cela quelques mois ) Quel est l'intérêt pour toi de ces supports ?

 

Je garde toujours en tete un passage très important de la Bible qui dit : «Tout ce qui a été écrit a été écrit pour votre édiffication… » 

Mon blog c'est un peu comme un journal de bord, j'y partage mes expériences, les évènements qui me parlent, mes tournages, mes parutions presses et magazines, mes sorties DVD. J'y mets aussi beaucoup de photos aussi personnelles comme artistiques. Ce n’est pas de l’exhibitionnisme de de ma vie, ceux qui me connaissent vraiment savent que je suis assez pudique, mais j’essaye de rester accessible parce que je sais que certaines personnes n’ont pas assez de courage pour faire le pas, alors je préfère briser la glace. ça ne m’empeche pas d’etre vrai dans les relations que j’entretiens avec tous et chacun. Le blog et le site sont de vrais supports médiatiques supplémentaires pour moi, on ne peut pas nier qu internet soit devenue indispensable de nos jours. Je suis un homme de mon temps, je communique avec les moyens des hommes de mon temps.

 

Quel genre de mail/commentaireS reçois -tu ? Et ta réaction lorsque tu les découvres ?

Déjà je tiens à dire que je reçois beaucoup de mails et de commentaires,  les deux vont très souvent dans le meme sens. Les mails sont plus des gens qui m’exposent leur problèmes, demande un coaching ou un parrainage. A tous ceux là, j’essaye d’etre le plus présent possible, surtout qu’il y’a des personnes qui sont des des situations de détresses réelles. Il y’a aussi les demandes professionnelles, ceux qui proposent des contrats de traduction ou qui sollicitent mes services comme interprète ou entraineur.  Je reçois aussi pas mal de demande de rencontre, soit de personnes qui viennent d’arriver en Tunisie et qui ont entendu parler de moi et qui voudraient que je facilite leur intégration(une forte majorité de chinois, de latinos et d’africains subsahériens), soit des personnes résidentes depuis longtemps et qui voudraient me rencontrer pour une raison ou une autre(intérêt culturel, affectif, curiosité…). Par contre, pour les commentaires c’est généralement des gens qui apprécient mes poèmes ou mes réflexions et qui tiennent à m’encourager, les commentaires sont toujours gentils et ça fait toujours plaisir. J’ai meme noué une certaine complicité avec certains de leurs auteurs, ce que j’appelerai la « douce complicité des ames ». J'ai en moyenne une soixantaine  de commentaires par mois, et parfois meme beaucoup plus vu que mon compte facebook est presque devenu un blog(rire). Là, ce sont des gens qui me suivent régulièrement, la plupart de mes posts suscitent  des commentaires  et je doit avouer que très souvent ils me touchent beaucoup. Je ne pensais pas que cela soit possible que des gens te suivent au quotidien, cela fait vraiment plaisir.

 

En dehors de l'aspect virtuel, comment sont les rapports entre ARIEL ONDOUA et les autres prtatiquants d’arts martiaux ?

Le plus souvent très bon, on est une vrai famille, on est vraiment content lorsqu'on se retrouve. Il y a beaucoup de respect entre nous et on déconne surtout pas mal ... Franchement je vois moins de méchanceté dans ce milieu que dans bien d'autres ...

 

Aimes -tu l’action  "comme dans les films d’arts martiaux", ou ce n’est  là qu’une  parodie du  vrai visage des arts martiaux comme on t’endend souvent le dire ?

Un peu des deux ce qui me fait souvent sourire c’est la façon dont les deux monde s’influencent. En effet, de nos jours les salles se remplissent selon les derniers films à la mode(ong bak, true legend, ip man, flash point…) et on cours un risque grave, c’est d’entrainer des élèves piétons. Aujourd’hui il veux étudier les wing tsun, demain, l’homme ivre, après demain la mante réligieuse ou le ninjutsu. Je rigole toujours quand je vois un gamin l’air très convaincu qui me demande : «  tu connais le ninjutsu ? Je veux apprendre ça ! »; ou un autre qui la semaine dernière me dit : « eh Ariel, j’ai vu sur des photos que tu t’y connaissais en zuiquan(la boxe de l’homme ivre) je voudrais que tu m’apprennes ça. Pourtant le mec a encore des difficultés avec les bases du kung -fu. Donc quelque part, le cinéma trompe beaucoup de nos comptemporains.

D’un autre coté, il y’a aussi l’emergence de « vrais pratiquants d’arts martiaux »comme Donnie yeen, li lianjie(Jet LI), shenlong(Jachie Chan), Tony jaa, Sammo HUNG…qui essayent de véhiculer tant bien que mal les vrais valeurs des arts martiaux à un public souvent trop distrait par l’action. Honnetement, quand je vais dans une discothèque, j’évite de prendre des films d’actions, j’aime beaucoup les comédies black ou autres ou des films qui donnent à réfléchir(Unthinkable, butterfly effect, revolver, animatrix… ) c'est que les scènes des films d’actions sont un peu les même :pich, pich, pan, pan(il simile les gestes). Dans la vie, les choses  ne suivent  pas forcement ce chemin là. Après tout, le cinéma c’est du cinéma, faut pas l’oublier!  

 

Maintenant concernant ta vie personnelle. Je suis impressionné de savoir que tu parles couramment 08 langues. Lorsque tu dois rencontrer une fille par  exemple,  est-il facile pour elle d'oublier qu’elle a un homme qui a plusieurs casquettes devant elle   et de ne pas lui sauter dessus en restant natuerelle ?

Haha(il éclate de rire) on me pose celle-là tout le temps. Je vais etre simple, généralement elles n’en   savent rien, meme dans le cadre de mes rencontres dans d’autres contextes. Je rencontre quelqu’un soit comme Ariel, soit comme coach de basket, soit comme pratiquant d’arts martiaux, soit comme un traducteur, soit simplement comme un mec sympa…Il est bien vrai que le moment le plus genant c’est quand le téléphone sonne et qu’on m’entend parler en chinois ou en portuguais…à ce moment la conversation prend une autre tournure que j’aime pas trop parce que les questions affluent, la curiosité s’accroit et la surprise …

Mais en règle générale, je suis assez discret par rapport à  ma vie. Les personnes sont le plus souvent au courant d’un aspect de ma personnalité. Rarement de tout. Par exemple je suis sortie avec une fille pendant deux ans sans qu’elle sache exactement combien de langues je parlais, une autre ignorait meme que je pratiquais les arts martiaux. Quand j’étais à l’université mes parents ignoraient que je donnais des cours de réligion. Mon premier maitre chinois avec qui j’étais très régulier ignorait que je pratiquais d’autres arts martiaux japonais les autres jours. En fait, j’ai appris à compartimenter les choses, cela n’a rien à voir avec de la schizophrénie ou de l’hypocrisie, il y’a une unité derrière tout ça, mais généralement si l’on présente tout cela à quelqu’un, il commence à avoir peur et ça fausse la relation.

 

 

Regardais -tu les films ou les séries d’actions dans ton enfance ?

Oui, beaucoup, mais j’ai beaucoup plus été marqué par  les films de ninja ou de moines de shaolin. Ou des séries cultes comme « RAVEN » ou « Kunf-fu » de David Caradine.

 

 

Enfin, un mec tel que toi avec tes expériences et ta culture  peut-il être séduit, par n’importe quelle femme ?

 

HAHA ! « Par n’importe qu’elle femme ? »Heureusement que si ! Souvent les filles se font de montagnes d’illusions et de préjugés sur ce qu’il faut faire pour plaire ou séduire. Pour me séduire, c’est très simple, il faut simplement rester soi-meme. Ce qui me plait le plus chez une fille c’est l’authenticité.

 

TU as aussi connu beaoucoup de difficultés et des moments difficiles, mais tu n’abandonnes jamais, d’où te viens cette force ?

la foi mon frère, la foi! à la fin il n'ya que ça de vrai; il n'ya que ça qui reste. Je crois en Dieu, je  crois en l'Homme, je crois qu'on est fait pour l'amour. Je ne suis pas naif,  je sais qu'on est faible, mais je crois aussi qu'on peut devenir meilleur.

 

Merci  pour cette interview.

Propos receuillis par M. Jeremy Beattie.

 

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans RENCONTRES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ARIEL Ondoua
  • Le blog de ARIEL Ondoua
  • : LIEU DE CREATION, de spontaneité et de liberté.
  • Contact

Recherche

Liens