Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 15:05
Les légendes nous apprennent beaucoup sur notre monde; parce qu'elles sont des histoires qui ont été écrites ou qui se racontent pour nous édifier.Parmi toutes les légendes, celle de NARCISSE me semble etre un exemple fascinant sur l'amour et ses paradoxes.
Je vous invite à revisiter l'histoire.


Narcisse


Un fort beau jeune homme
Le fleuve béotien Céphise, et la nymphe Léiriopé eurent un fils qu’ils nommèrent Narcisse (Narkissos). Un oracle du devin Tirésias, ayant annoncé que l’enfant vivrait vieux s’il ne prenait pas connaissance de lui, Narcisse fut élevé dans l’ignorance de son image.
À seize ans, Narcisse, qui était d’une grande beauté, fut désiré par nombre de jeunes filles et de jeunes hommes, mais il restait insensible à l’amour. La nymphe Écho en mourut à l’exception de sa voix qui répercute toujours les sons et les paroles à travers les forêts.



Un étrange amour
Une des victimes de Narcisse formula le vœu qu’à son tour Narcisse aime, mais qu’il ne puisse jamais posséder l’objet de son amour. Némésis, la déesse de la vengeance, exauça ce vœu.
Un jour de grande chaleur, Narcisse, fatigué par la chasse, vint s’étendre près d’une source dans un endroit reculé de la forêt, là même où la nymphe Écho s’était réfugiée. Tandis qu’il tentait de se désaltérer, Narcisse découvrit dans l’eau l’image d’un visage inconnu. Séduit par la beauté de l’inconnu, il en tomba éperdument amoureux.

Une passion fatale
Désormais insensible au monde, Narcisse fut d’abord plongé dans le ravissement. Puis l’amour se fit cruel puisque les « deux amants », malgré leur désir mutuel, ne pouvaient se rejoindre. C’est alors que Narcisse comprit qu’il brûlait d’amour pour sa propre image. Consumé par son impossible amour, il dépérit peu à peu et mourut sous les yeux de la nymphe Écho, réclamant seulement de ne jamais cesser de contempler ce qu’il ne pouvait posséder.
Ses sœurs les Naïades et les Dryades le pleurèrent. Or, au moment d’accomplir les rites funéraires, le corps de Narcisse avait disparu. À la place où reposait sa dépouille, une fleur jaune safran dont le cœur était entouré de feuilles blanches, avait pris naissance, ho narkissos, le narcisse. [Ovide, les Métamorphoses, III. 339-510].


Partager cet article

Repost 0
Published by ARIEL Ondoua - dans MEDITATION
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ARIEL Ondoua
  • Le blog de ARIEL Ondoua
  • : LIEU DE CREATION, de spontaneité et de liberté.
  • Contact

Recherche

Liens